Brexit : l’Union Européenne met en garde les compagnies aériennes britanniques

Dans un document adressé par la commission européenne aux compagnies aériennes britanniques, l'union européenne (UE) leur rappelle qu'elles perdront tous les droits de vols négociés avec des pays tiers ou directement par les états membres, et qu'elles ne bénéficieront plus automatiquement de droits de trafic en vertu des accord actuels. Il est question en particulier ceux de ciel ouvert entre les États-Unis et l'Europe.

L'Union Européenne met globalement en garde tous les transporteurs du Royaume-Uni, le Brexit sera rude. Elle parle droits de vols et liste la totalité des droits qui seront à renégocier. Y compris les droits de vol liés aux accords bilatéraux signés par les partenaires des compagnies britanniques - y compris les alliances - ne seraient plus en vigueur dès la fin de l'association britannique avec l'Europe. Le document rappelle que toutes les licences délivrées par l'autorité britannique de l'aviation civile ne seront plus valables dans l'union européenne, ce qui signifie clairement que les transporteurs britanniques seront coupés du marché intracommunautaire.

Ce n'est pas la première fois qu'une telle mise en garde est formulée par l'union européenne, mais c'est la première fois qu'elle est clairement détaillée dans un document fourni aux transporteurs aériens anglais que les spécialistes soupçonnent de vouloir passer en force via des plateformes commerciales présentes dans d'autres pays.

La commission, déjà saisie sur la création par des entreprises anglaises de structures européennes visant à bénéficier des avantages européens, ne s'est pas très clairement prononcer sur les artifices que pourrait utiliser easyJet ou encore British Airways comme, par exemple, Level en France. Mais il n'est pas certain que des compagnies européennes membre d'un groupe britannique, comme Iberia, puissent bénéficier des mêmes avantages que les autres transporteurs européens. La commission européenne n'évoque pas ce sujet dans son document mais devra rapidement l'aborder avant la sortie de la Grande-Bretagne de l'Europe.