Des tracteurs et des vélos contre les avions de Notre-Dame-des-Landes

Des militants anti-aéroport ont quitté dimanche 6 novembre Notre-Dame-des-Landes en vélo et en tracteur. Pendant 5 jours, l’étrange groupe va parcourir les 395 kms qui mènent à Paris afin de donner aux sénateurs écologistes les conclusions d’une étude qui remet en cause la notion d’utilité publique de la plate-forme, prévue pour 2017.

Des tracteurs et des vélos contre les avions de Notre-Dame-des-Landes
Le projet du futur aéroport Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes, au nord de Nantes ne plait pas à tout le monde. Agriculteurs, élus de la région d'Europe Ecologie-Les Verts, ou encore Modem et du Parti de Gauche y sont opposés. Pour se battre contre les avions qui trouvent grâce aux yeux des collectivités locales socialistes, les militants ont lancé une nouvelle opération. Un drôle de convoi a pris la route dimanche 6 novembre du lieu de la future installation, direction Paris. Une demi-douzaine de tracteurs, cinquante cyclistes, un car et quelques voitures ont prévu de rejoindre la capitale ensemble en cinq jours. Ils seront reçus le 12 novembre au Sénat. Les militants de la tracto-vélo porteront aux représentants nationaux une étude réalisée à la demande d’un collectif sceptique face à cet aéroport d'un coût de 140 millions d'euros pour l'Etat. Le document infirme son utilité publique et économique. Selon lui, avec le marché actuel et l’envolée du prix du carburant observée, l'aérodrome ne serait pas viable. Les participants de cette caravane demanderont donc l'annulation de ce statut. Sur les 395 kms du parcours, plusieurs manifestations et conférences seront données pour exposer à chaque fois les arguments des manifestants.