Grève des PNC chez Aigle Azur

Le bras de fer continue entre la direction d'Aigle Azur et ses PNC. Après avoir déposé fin juillet un préavis courant jusqu'au 31 octobre, le SNPNC organise des arrêts de travail simultanés sur les 3 bases de Paris, Lyon et Marseille. La compagnie affirme qu'il n'y aura pas de perturbations pour les passagers.

Nouveau PDG depuis le 10 août, Frantz Yvelin affirme avoir "entendu les déceptions de certains, les attentes nombreuses, et des discussions sont en cours avec tous les partenaires sociaux". Il reste que les PNC entendent faire pression sur les négociations de leur accord collectif, et lancent un nouvel appel à cesser le travail jusqu'à vendredi inclus, période de retours de vacances. Aigle Azur, qui dessert notamment l'Algérie, affirme qu'elle ne prévoit pas de perturbations mercredi et jeudi au vu du nombre "limité" de grévistes : "Moins de 10%" des effectifs d'hôtesses et stewards se sont déclarés grévistes pour les deux premiers jours", indique la compagnie dans une déclaration à l'AFP. "A cette heure (...) il n'y a pas de perturbation particulière à prévoir sur (le) programme des vols des mercredi 30 et jeudi 31 août".

Le syndicat réclame la fin du gel des salaires, en cours depuis trois ans, et la mise en place d'une nouvelle grille de rémunération, une "augmentation de l'intéressement sur les ventes à bord" et la "création d'une prime d'ancienneté compagnie". Il demande également "l'équilibrage des plannings" ou encore "l'arrêt immédiat" du recours à l'intérim.