Les compagnies japonaises durcissent la réglementation de l’alcool pour les pilotes

Plusieurs vols ont été retardés cet été au Japon car les tests d'alcoolémie des pilotes étaient revenus positifs. Face à la multiplication de ces incidents, Japan Airlines et All Nippon Airways ont décidé de durcir leur réglementation.

Selon le journal Mainichi Shimbun, 19 pilotes de Japan Airlines ont échoué leur test d'alcoolémie depuis août dernier, entraînant des retards pour 12 vols domestiques. Ces incidents liés à la boisson ont été particulièrement mis en lumière au Japon le mois dernier lorsqu'un copilote de JAL a été arrêté à Heathrow 50 min avant le décollage avec un taux d’alcoolémie de 189mg d'alcool pour 100ml de sang. Cela représente 10 fois la limite autorisée en Grande-Bretagne.

Face à ces mauvais comportements, JAL a décidé de revoir son dispositif. Elle s'est dotée d'un nouveau alcootest plus sensible. Cet appareil nécessite par ailleurs l'intervention du personnel de l'aéroport. Ainsi, les navigants ne se contrôleront plus entre-eux.

Par ailleurs, la compagnie a aussi durci sa réglementation. Désormais, les équipages ne sont plus autorisés à boire de l'alcool 24 heures avant leur service, contre 12 heures auparavant. Ce dispositif est plus sévère que la loi japonaise qui interdit aux navigants de boire 8 heures avant le décollage.

ANA a de son côté prévu de s'équiper d'alcootests plus fiables et de distribuer des testeurs portables à tous les membres d'équipage.

Contrairement à l'Europe ou aux USA, les lois japonaises actuelles ne déterminent pas de niveau d'alcool maximal autorisé pour les pilotes. Les compagnies fixent leur propre limite. Toutefois face à la multiplication des incidents ces derniers mois , le gouvernement a indiqué qu'il envisageait de réaliser des inspections au sein de JAL et ANA pour vérifier les dispositifs.