Marseille : Ryanair plie bagages

Ryanair a confirmé dimanche la fermeture de sa base à Marseille, la seule située en France, à compter du 11 janvier. Cette décision fait suite à la mise en examen de la compagnie low-cost irlandaise pour « travail dissimulé », et entraîne la fermeture de 13 des 23 lignes ouvertes jusqu’ici.

Marseille : Ryanair plie bagages
Face à la menace d’une condamnation en justice, les responsables de Ryanair ont tranché : à partir du 11 janvier prochain, la base de la compagnie irlandaise, située à Marseille depuis 2006, fermera ses portes pour une durée indéterminée. Motif : la règlementation concernant les travailleurs mobiles des transports, qui a donné lieu à une mise en examen du groupe par le parquet d’Aix-en-Provence, pour "travail dissimulé". Les 200 salariés du site dépendaient en effet de la règlementation irlandaise, tandis que les syndicats en appelaient au droit français.

Treize lignes supprimées

Dès mardi, les quatre avions de la compagnie et ses employés basés à Marseille seront ainsi transférés sur d’autres aéroports, en Lituanie, en Espagne ou en Italie. Treize lignes seront ainsi supprimées : Lille, Agadir, Brest, Eindhoven, Marrakech, Nador, Nantes, Palerme, Paris, Tanger, Tenerife, Tours et Venise.
Durant sa conférence de presse à Marseille, le Président de la compagnie Michael O'Leary a néanmoins réfuté la théorie du chantage : "Il ne s'agit absolument pas d'un chantage, sinon nous aurions fermé toutes nos lignes sur les 26 aéroports que nous desservons en France, et si les juges, qu'ils soient européens ou français, disent que la législation européenne est supérieure à la législation française, nous serons ravis de rouvrir notre base ici".
Ryanair constitue, après Air France, le deuxième transporteur depuis l’aéroport de Marseille. Michael O'Leary a prévu la perte annuelle d’un million de voyageurs sur l’année à venir, tandis que les responsables locaux, Jean-Claude Gaudin en tête, soulignent une perte majeur pour l’économie marseillaise.