New Delhi en état d’urgence sanitaire

Depuis deux jours la ville de New Delhi, en Inde, étouffe sous un épais brouillard de pollution provoqués à la fois par les gaz d’échappement, la pollution industrielle et les brûlis agricoles. Les conditions météorologiques (vent faible, arrivée du froid, humidité) empêchent la dispersion de ces particules dont la toxicité est équivalente à la consommation […]

Depuis deux jours la ville de New Delhi, en Inde, étouffe sous un épais brouillard de pollution provoqués à la fois par les gaz d'échappement, la pollution industrielle et les brûlis agricoles. Les conditions météorologiques (vent faible, arrivée du froid, humidité) empêchent la dispersion de ces particules dont la toxicité est équivalente à la consommation de deux paquets de cigarettes par jour/habitant. À 9 heures locales (4h30 françaises), les différents compteurs placés dans la ville affichaient mercredi des niveaux dangereux de particules ultra-fines (PM2,5), entre 400 et 700 par mètres cubes d’air, là où l'OMS recommande de ne pas dépasser 25 particules/m3.

Les écoles ont été fermées par les autorités jusqu'à dimanche; les voyageurs d'affaires sont invités à mettre à masque pour se déplacer dans la ville et à oublier tout exercice physique, même en milieu apparemment confiné. A savoir : la pollution s'insinue jusque dans le métro souterrain de la ville, dont les galeries sont enfumées.