ODT, CRT, Convention bureau, des atouts précieux pour le Mice

La plupart des offices du tourisme ont compris l’intérêt du marché Mice pour leur destination. On voit donc se créer au fil des années des départements dédiés aux événements, on voit s’ouvrir des cellules chapeautées par une nouvelle race de responsables ou chefs de marché en fonction du dynamisme affirmé des uns ou des autres. Pour Serge Tapia, notre expert Mice, l'entreprise doit s'y intéresser car ce sont là de vraies sources de "savoir" sur place.

ODT, CRT, Convention bureau, des atouts précieux pour le Mice
IFTM top résa, dès 2009, a revendiqué son ouverture au Mice obligeant les régions, pays ou grandes capitales a accentuer cette pénétration de marché sur leurs stands et dans leurs offres. En France, les CRT s’y mettent… A l’étranger, on trouve bon nombre de "convention bureau" (souvent uniquement dédies aux événements).

Lorsque l’organisateur doit alors démarrer ses investigations sur une destination ou une ville, cliquer sur les sites de ces opérateurs publics représente une vraie clef d’entrée. Ils donnent des conseils, orientent, valorisent les atouts de leurs destinations, c’est une source à ne jamais négliger. Par contre, il faut le savoir, leur statut public leur permet (en théorie) uniquement de vous confier des listes (Hôtels, DMC, compagnies…) ils n’ont pas le droit de prendre partie ou de vendre tel ou tel opérateur local. Ce qui veut dire que vous ne devez pas avoir peur d’affiner vos demandes et d’être le plus précis possible pour engendrer une réponse personnalisée (nombres de chambres, nombres de salles souhaitées et capacités, volume que vous mettrez dans les restaurants d’un seul tenant, distance entre les activités, soirée de gala…). Vous aurez ainsi une mini recommandation bien utile.

À vous ensuite de décidez si vous achetez en direct ou si vous confiez le bébé à une agence et/ou un DMC. N’oublions jamais que ces ODT et autres convention bureau ont cette mission de service public aussi bien que des objectifs chiffrés sur le Mice. Leurs budgets en dépendent.

Serge Tapia