Quels sont les aéroports les plus perturbés par les retards et annulations de vols ?

Après avoir comparé les compagnies traditionnelles et les low cost en matière de ponctualité, FlightRight s’intéresse aujourd’hui aux aéroports et dresse la liste de ceux susceptibles, en France comme en Europe, d’être les plus "perturbés par les retards et annulations de vols".


Dans l'Hexagone

En se basant sur ses données en temps réel qui comptabilisent tous les vols commerciaux du monde entier, l’étude démontre que les aéroports de Marseille et Rennes font partie des grands aéroports français les plus touchés par des annulations de vols : 1,6 % des vols prévus au départ de ces aéroports ont été annulés. Les aéroports de Bordeaux et Lyon suivent de près avec respectivement 1,5 % et 1,4 % d'annulations. Les autres aéroports français ne connaissent en moyenne que 1,26 % d'annulations.

Du côté des retards, ce sont naturellement les deux grands aéroports parisiens d'Orly et Roissy CDG (les plus fréquentés du pays) qui sont les plus affectés, comptabilisant chacun 3,9 % et 3,5 % de retards de plus d'une heure sur tous les vols au départ. Nantes, Bâle-Mulhouse et Toulouse sont également parmi les plus perturbés par des retards.

Enfin, Chambéry fait figure d'aéroport victime du plus grand pourcentage d'annulations et retards cumulés : 19,30 % des vols au départ de l'aéroport ont été retardés ou annulés, soit près d'un vol sur cinq. La palme de l'aéroport le moins affecté par des retards et annulations revient à Bastia, qui a vu seulement 2,6 % de ses vols retardés ou annulés.

Un regard européen global

Flightright a également dressé un classement des aéroports européens accueillant plus de 50 000 vols par an, incluant les annulations et les retards de vols de plus de 3 heures. Londres Stansted, Rome Fiumicino et Dublin sont les moins affectés par des annulations ou des retards importants.
Au niveau européen, Munich, Lyon et Paris Orly doivent faire face au plus grand nombre de retards et d'annulations.