Ryanair: 4 bases en France, 10 nouvelles lignes et un possible accord avec le SNPL

Ryanair ne cache plus ses ambitions françaises même si, depuis quelques mois, sa capacité à répondre aux attentes des voyageurs d'affaires s'est réduit en peau de chagrin. C'est donc côté loisirs que le transporteur irlandais veut faire des étincelles sur le marché hexagonal. Là où la concurrence se fait la plus forte au fil des ans.

Beauvais verra l'ouverture en 2018 de 4 nouvelles destinations avec 2 vols par semaine chacune : Thessalonique, Bratislava Malte et Prague.
Bordeaux accueillera 2 fois par semaine un vol vers Valence et Nantes ira à Londres et Séville à raison de deux vols hebdomadaires. Notons enfin que Marseille est également bien servi : Bucarest, Budapest et Faro (2 vols par semaine). Beaucoup de destinations éloignées des routes habituelles du voyage d'affaires.

Au delà, le transporteur irlandais annonce son intention d'ouvrir 4 bases en France (en 2018 ou 2019) avec à la clé 1.000 emplois (dont 300 pilotes) sous contrat local et une trentaine d'appareils dans un premier temps. L'objectif est de 20 millions de passagers transportés, soit un doublement de trafic pour la low-cost dans l'Hexagone. Pour appuyer cette démarche, le transporteur par la voix de David O'Brien, son directeur commercial, a engagé des discussions avec le SNPL afin de conforter le bien-fondé de son choix. Étonnant quand on se rappelle les propos de Michael O'Leary à l'époque des grandes grèves en France. Il n'avait pas hésité à traiter de "fainéants" les pilotes et contrôleurs aériens. Gageons qu'ils ne seront pas rancuniers.

Si tout cela est prometteur pour la bataille du low-cost aérien qui s'annonce en France, force est de remarquer que le business travel n'est que peu ou pas concerné par ce programme. Malgré le lancement d'une offre destinée aux voyageurs d'affaires, Ryanair n'a jamais été capable d'augmenter les fréquences sur les destinations d'affaires ou de simplifier les aéroports d’embarquement. Les discussions avec Roissy sont restées sans suite. Seule la possibilité d'arriver à Orly reste toujours d'actualité... Mais aucune date n'est donnée.

Avec les restrictions de bagage qui pénalisent les très courts séjours et ce, malgré l’enregistrement gratuit des bagages en soute, Rayanair revient à ses mauvaises habitudes : limiter les services aux voyageurs. Ce que confirme un acheteur de l'agroalimentaire pour qui "Ryanair est incapable de gérer une clientèle d'affaires car la compagnie n'a pas la culture du service aux clients". Les récentes annulations de vol ont marqué les entreprises qui doutent, pour beaucoup, de la capacité de la compagnie à gérer les voyageurs en cas de problèmes.