Tribune libre : les miles, encore les miles

Pas content Monsieur X, qui souhaite garder l’anonymat, mais qui avoue sa colère face à la gestion « chaotique » de ses miles Flying Blue. De quoi donner le tournis aux meilleurs ingénieurs du monde. Et pour cause, les chiffres bougent et disparaissent ! Si, si
Comme d'habitude, ces propos n'engagent que leur auteur DéplacementsPros n'ayant ni testé, ni constaté, les faits évoqués ci-dessous..

Il était 20h ce jeudi soir…

20h08 ce jeudi soir. Je suis devant la télé, Ipad en main, histoire de voir si il y a quelque chose d’intéressant dans la soirée. Je reçois l’email de Flying Blue. « Vos dernières transactions. Des informations et des offres dédiées ».

Je clique sur le mail d’Air France. Je tombe sur « Découvrez nos offres ». Me voilà ensuite sur « découvrez le monde à -50% ». Il est 20h10. Je me lance dans la lecture des « Prime@Promos ». Et voilà la bonne offre : Europe/New York JFK : 50.000 miles aller retour en Affaires. (25.000 aller simple). Validité : Jusqu’au. 31 Août 2012.

20h12 : Pujadas enchaine les sujets. Et moi j’annonce à ma femme notre prochaine semaine à New York. Essayons fin Août.

20h13 : me voilà sur le calendrier Air France des disponibilités de vols. Rien dans la 2em quinzaine d’Août. Qu’à cela ne tienne on partira durant la 1ere !

20h15 : rien non plus en début Août. Essayons Juillet. Pas de dispo à ce tarif durant tout le mois. Tarif possible : 100.000 miles. Soit le double de celui annoncé. En fait TOUT Juillet et Août est à 100.000 miles minimum (+taxes bien sur). Côté prime@promos c’est zéro pointé. Parlons-en des « offres dédiées » (sic).

J’ai peine à croire que 7 minutes après réception d’un mail l’ensemble des abonnés Flying Blue ait déjà asséché le stock de primes@promos sur New York.

Autant dire qu’il s’agit dans mon esprit d’une annonce bidon. Certes la compagnie n’est pas en grande forme mais elle nous avait habitués à plus d’honnêteté. Alerte pour M. de Juniac : la publicité mensongère relève du pénal. C’est donc le dirigeant de l’entreprise en personne qui se retrouve en correctionnelle. Et qui hérite des peines prévues par la Loi dont la privation de droits civiques. Certes à la Répression de Fraudes ils doivent être en vacances ou ils enquêtent sur les tongs contrefaites mais c’est quand même prendre beaucoup de risques, Monsieur le P.D.G.