Des entreprises européennes demandent au Japon d’assouplir ses restrictions de voyage

Un groupement d’entreprises européennes demande au gouvernement japonais de réviser ses restrictions d’entrée imposées aux ressortissants étrangers en raison de l’épidémie de coronavirus, avertissant que l’interdiction risque de laisser un impact négatif durable sur les activités des entreprises européennes et japonaises.

- Publicité -

Les restrictions d’entrée ont été imposées environ un an après l’entrée en vigueur d’un pacte commercial entre le Japon et l’Union européenne, le 1er février 2019. L’accord visait à accroître les exportations de l’Union européenne et les investissements directs en provenance d’Europe. En un an, l’accord a permis d’augmenter les exportations de l’UE de 6,6 %.

« Maintenant, l’accord perd de sa vigueur à cause de l’interdiction de voyager », a déclaré Michael Mroczek, président du Conseil des affaires européennes au Japon, lors d’une conférence de presse tenue lundi 22 juin au Club des correspondants étrangers du Japon à Tokyo.

Il a suggéré qu’en assouplissant les restrictions, le Japon devrait donner la priorité aux résidents permanents et aux résidents de longue durée – notant que ces groupes comprennent un grand nombre de personnes qui soit dirigent leur propre entreprise, soit sont employées au Japon – suivis par les voyageurs d’affaires.

Afin d’éviter de nouvelles retombées, « une solution possible pourrait être que les résidents permanents et les résidents de longue durée soient immédiatement libérés et retournent au Japon ; dans un deuxième temps, la restriction pourrait être levée pour les voyageurs d’affaires et plus tard… les touristes« .