Air France : la sécurité des vols menacée par des salariés radicalisés ?

Des pannes récurrentes sur les moteurs, des tags Allah Akbar... Plusieurs incidents ont mis Air France et les services de renseignements sur le qui-vive. Selon le Canard Enchaîné, la compagnie aérienne française serait confrontée à la radicalisation de certains collaborateurs.

Le Canard Enchaîné du 5 octobre révèle que plusieurs incidents inquiétants, liés à la radicalisation de certains agents, sont survenus au sein d'Air France. Un fonctionnaire du renseignement a indiqué au journal "Concernant Air France, nous avons constaté plusieurs anomalies, avant le départ de vol commerciaux. Elles s'apparentent à des tentatives de sabordage.". La compagnie aérienne dément via son porte-parole ces accusations, et dénonce des "rumeurs infondées" et de "fausses informations". "Aucun acte de malveillance sur un vol commercial Air France n'a jamais été confirmé ni même identifié comme tel", assure la compagnie aérienne.

Les exemples fournis par le journal reste éloquents. Par exemple, une enquête a été ouverte lorsqu'une panne récurrente a été remarquée sur des moteurs relais qui permettent aux commandants de bord de contrôler le réacteur depuis le cockpit. Les services de renseignement sont remontés jusqu'à un salarié radicalisé qui s'était entre temps enfui au Yémen. En outre, deux de ses amis auraient trafiqué des toboggans d'évacuation.

Autres incidents moins dangereux mais tout de même inquiétants : la compagnie a porté plainte après l'apparition de l'inscription "Allah Akbar" sur les trappes de remplissage de kérosène d'une quarantaine d'avion. La mappemonde diffusée à bord a été piratée par deux fois ces derniers mois. Israël avait alors été supprimé de la carte pour être remplacé par Bande de Gaza tandis que Le Maroc avait été rebaptisé Khalifa. Plus récemment, un agent de piste aurait refusé de guider un appareil car le commandant de bord était une femme.

30 policiers supplémentaires ont été affectés à la surveillance des 90 000 salariés d'Air France et de ses sous-traitants. Ainsi ces derniers mois, 73 badges d'accès au sites de Roissy ont été retirés par le préfet en charge de la sécurité. Air France explique travailler étroitement avec les autorités et assure que ses employés et clients sont "en sécurité absolue"