Belgique : de nouvelles perturbations possibles ce lundi

Le trafic aérien belge, perturbé par une grève des aiguilleurs du ciel depuis le 21 mars, pourrait enregistrer des retards ce lundi matin. Si l'organisation CGSP et la direction de Skeyes – entreprise chargée du contrôle aérien en Belgique – ont signé un accord vendredi dernier, le syndicat CSC Transcom, insatisfait par ce texte, envisage de poursuivre les actions.

Certains vols pourraient être retardés, voire annulés, en Belgique ce lundi matin en raison d'une nouvelle grève du zèle des contrôleurs aériens belges.

Kurt Callaerts responsable général CSC Transcom, a expliqué à RTBF "On manque de personnel partout. Normalement, tout le monde a le droit de prendre deux jours de congé par semaine et 11h de coupure entre deux services. Or, il y a des contrôleurs qui doivent travailler parfois jusqu’à 12 jours d’affilée. C’est inacceptable et ce n’est pas bon pour la sécurité. Alors on va travailler avec l’effectif réellement présent et on ne va pas rappeler des gens en congé. On montrera ainsi à quel point la situation est grave chez Skeyes.  Lundi, vous pouvez prendre l’avion ! On ne fait pas d’actions contre les aéroports et les passagers mais on va diminuer le trafic, on va retarder des vols mais on ne va pas mener une grève totale".

Le CEO de Skeyes, Johan Decuyper, déplore cette situation. Dans une interview accordée au journal néerlandophone Het Nieuwsblad, il explique "La majorité tacite est composée de personnes soucieuses de leur devoir. Ils sont quelques-uns à nous prendre en otage". Il assure également que le dialogue est constructif avec tous les secrétaires des syndicats présents aux discussions.

Pour lui, le climat social difficile de l'entreprise est du fait de la Guilde belge des Contrôleurs aériens. Cette organisation professionnelle qui n'est pas présente à la table des négociations, tenterait selon lui d'influencer le débat via ses consœurs. Le directeur a ajouté "Nous avons traité les 25 points du préavis de grève, l’accord a été approuvé par une majorité et sera détaillé en collaboration avec les syndicats".