3 questions à… Pierre-Hugues Schmit (VINCI Airports) : «il faut systématiser les tests au départ»

VINCI Airports assure le développement et l’exploitation de 45 aéroports dans le monde. Avec les mesures sanitaires prises pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, le leader mondial des concessions aéroportuaires affirme que ses plateformes sont des lieux sûrs. Son directeur commercial et marketing, Pierre-Hugues Schmit, souligne l’efficacité des mesures, salue la mise en place progressive de tests antigéniques dans les aéroports français, et revient sur la reconnaissance faciale actuellement testée à Lyon Saint-Exupéry. Interview.

Quelles mesures avez-vous prises aujourd’hui, dans vos aéroports, face à l’épidémie de Covid-19 ?
Pierre-Hugues Schmit : Nous avons mis en place des mesures sanitaires pour les passagers, nos salariés et l’ensemble de nos partenaires. Avec les masques, le gel hydro-alcoolique, l’aération et désinfection permanente des terminaux passagers, nos aéroports sont des lieux sûrs. Cette démarche inclut l’ensemble de nos services. Les commerces, lieux de restauration et loueurs de voitures sont ouverts dans le plus strict respect des protocoles sanitaires. Les passagers bénéficient ainsi d’une expérience de voyage proche de la normale. Nous avons en outre déployé des innovations pour améliorer l’information, par exemple sur la disponibilité des places assises en restaurant, sur le mode d’embarquement ou la fréquentation des toilettes, afin d’assurer un respect permanent des gestes barrières.

Avez-vous un retour sur l’efficacité de vos mesures ?
Sur le plan opérationnel, elles ont été reconnues pour leur efficacité. Le Bureau Veritas a délivré dès fin août une attestation de conformité à l’ensemble des aéroports de notre réseau en France, au Portugal et au Royaume-Uni. Nous avons été le premier opérateur dont les mesures sanitaires ont été auditées et validées sur un réseau international. Hors d’Europe, l’aéroport de Guanacaste au Costa Rica, ou encore les aéroports que nous opérons en République Dominicaine, se sont vus récemment décerner par l’ACI (Airport Council International) l’accréditation AHA (Airport Health Accreditation) après une évaluation complète des mesures sanitaires.

Ces dernières s’inscrivent dans notre campagne internationale «Protecting Each Other» que nous portons sur l’ensemble de nos aéroports. Cette campagne s’appuie sur les recommandations sanitaires émises par l’OMS et les agences des Nations Unies comme l’OACI. Elle comporte un volet important de communication auprès des passagers, ce qui nous permet d’assurer la bonne compréhension et l’adhésion de tous.

Pour amplifier ce choc de confiance, VINCI Airports plaide pour une mise en place systématisée des tests au départ. Et nous saluons la mise en place progressive de tests antigéniques dans les aéroports français, dont les résultats pourront être connus dans un délai de 30 minutes.

Reconnaissance faciale à Lyon Saint-Exupéry – photo ESoudan

Vous testez la reconnaissance faciale à Lyon Saint-Exupéry…
Les voyages en avion peuvent être stressants du fait des contrôles de sécurité et des files d’attente. Nous avons donc cherché la meilleure solution pour faciliter et fluidifier l’expérience utilisateur, en ayant recours à la reconnaissance faciale. Ainsi est né MONA, le compagnon de voyage biométrique développé par VINCI Airports. Nous venons de le mettre en service pour une période d’expérimentation d’un an à l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, en liaison avec les compagnies Transavia pour les vols vers Porto, et TAP Air Portugal pour ceux vers Lisbonne. C’est une bonne manière d’accompagner la ré-ouverture des frontières entre la France et le Portugal, et demain vers d’autres pays.

Concrètement, c’est un service 100% gratuit qui permet un parcours dédié et personnalisé au sein de l’aéroport. Une fois abonné (1), le passager franchit les différents points de contrôle aéroportuaire sans contact physique et sur simple présentation de son visage à une caméra. Pour lui, c’est un gain de temps et bien plus :  MONA permet de planifier en amont son passage dans l’aéroport et de profiter, une fois sur place, de services particuliers.

Soumis à l’examen de la CNIL, ce nouveau service a bénéficié des dernières recommandations formulées par l’autorité à ce jour, destinées à garantir aux passagers la protection de leurs données et de leurs droits (2). Par ailleurs, il a fait l’objet d’un travail de concertation étroit avec la DGAC, dans le cadre de son programme d’innovation « Vision sûreté 2 ».

(1) Le voyageur, pour être abonné à MONA, doit créer un compte client depuis son domicile via l’application smartphone de Lyon Aéroports, ou sur une borne à l’aéroport.

(2) L’identité biométrique des passagers (photo du document d’identité, photographie du visage) est temporairement stockée dans le container sécurisé et chiffré de l’application mobile Lyon Aéroport, afin de créer un « gabarit » biométrique du passager. Ce gabarit, qui permet une reconnaissance faciale ultra-fiable, est supprimé instantanément au décollage de l’avion du passager, ou si le vol est annulé. Par ailleurs, le client peut à tout moment supprimer ses données biométriques d’identité, directement depuis l’application. Le passager garde ainsi le contrôle sur ses données de bout en bout.

Bio Express
Diplômé de l’École Polytechnique (Paris) en 2001 et de l’Université Nationale de l’Aviation Civile (ENAC, Toulouse) en 2003, Pierre-Hugues Schmit a également passé un an à UC Berkeley. Pendant sept ans, il travaille à la DGAC, dont trois à la tête du bureau des transporteurs aériens français (2006-2009). De 2010 à 2012, il est conseiller technique auprès du ministre des Transports. Pierre-Hugues Schmit intègre ensuite ADP en tant que directeur adjoint de la division Le Bourget. En 2014, avec trois partenaires, il fonde la compagnie aérienne La Compagnie qui assure des vols 100% affaires entre la France et New York. Il rejoint VINCI Airports en 2017.

En savoir plus sur VINCI Airports
VINCI Airports assure la gestion de 45 aéroports répartis en France, au Portugal, au Cambodge, au Chili, au Japon, en République dominicaine, au Brésil, au Costa Rica, en Suède, aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Serbie. Plus de détails sur les aéroports en cliquant ici.