Covid worldwide – L’essentiel du 30 juin

Covid worldwide - L'essentiel du 30 juin

Plus d'un demi-million de personnes sont mortes du coronavirus dans le monde. Mike Pence préconise le port du masque contre Donald Trump. Situation contrastée au Maghreb et crédulité en Europe.

L'essentiel du jour

  • A date du 29 juin au soir, dans le monde, près de 10,2 millions de cas officiellement recensés et environ de 502.700 décès liés au Covid-19.
  • Le monde a franchi ce lundi le cap des 500.000 morts liées au coronavirus.
  • "Je pense que c'est le moment pour une approche rooseveltienne au Royaume-Uni". Cette référence au démocrate américain est due au conservateur britannique Boris Johnson, sur Times Radio. Le Premier ministre veut s'inspirer du "New Deal" pour relancer l'économie du Royaume-Uni dont le PIB devrait chuter de plus de 10% cette année, selon les prévisions du FMI.
  • Etats-Unis : On progresse... Alors que le nombre de cas grimpe au Texas, en Floride et en Californie (où les bars ont été refermés dans plusieurs comtés), le vice-président Mike Pence a finalement appelé les Américains à porter un masque, alors que Donald Trump s'y est toujours refusé.
  • La situation est contrasté au Maghreb. Alors que la Tunisie ne compte qu'une cinquantaine de cas mortels et vient de rouvrir ses frontières, en Algérie, l'épidémie continue de progresser. Depuis la fin de la semaine dernière, le nombre de cas journaliers bat des records, avec un pic de 305 contaminations samedi 27. 
  • Les touristes venant en Grèce à partir du 1er juillet 2020 devront remplir un questionnaire en ligne 48 heures à l'avance et recevront un code-barre qui déterminera s'ils doivent être soumis à un test de dépistage du coronavirus à leur arrivée dans le pays.
  • Europe : Selon une étude de l'Oxford Internet Institute publiée ce lundi, les "fake news" sur le coronavirus diffusés par des médias russes et chinois font plus d'audience sur les réseaux sociaux en France et en Allemagne que les contenus de certains grands journaux. Concrètement, sur Twitter et Facebook, les articles francophones et germanophones partagés par des médias tels que RT ou Sputnik ont plus d'écho que ceux du quotidien Le Monde ou du magazine Der Spiegel.