L’activité des salons franciliens en forte reprise en septembre

D’après le dernier indicateur d’activité réalisé par la CCI Paris IdF, le nombre de salons franciliens a été le même entre juillet et septembre qu’au cours du même trimestre de 2019. Mais les surfaces ont été inférieures en raison d’un moindre nombre d’exposants et d’un pourcentage plus important de PME. Et la chute de la fréquentation est surtout liée à la baisse des clientèles étrangères notamment lointaines.

Quelles sont les tendances du marché des salons franciliens, en termes de surface nette occupée par les stands, de nombre d’exposants, de nombre de visiteurs ? Le dernier Indicateur d’activité, réalisé par la CCI Paris Ile de France, s’avère d’autant plus instructif que la forte reprise de l’économie s’ajoute aux conditions sanitaires désormais claires, soit l’obligation du pass sanitaire pour accéder aux événements et la suppression des jauges imposées.

Au regard des enquêtes déclaratives effectuées entre juillet et septembre (lire aussi la Méthodologie en fin d’article), il apparaît que les grands salons ont amorcé leur grand retour en septembre. Une reprise bien réelle comme en témoignent les chiffres mensuels, soit six salons organisés dans les 21 sites d’exposition et de congrès franciliens en juin, trois en juillet et 48 en septembre… Au total, sur le troisième trimestre, le nombre de salons (51 dont 17 hybrides) était équivalent à celui de 2019. Il a augmenté pour les salons professionnels (41, +4) mais baissé pour les salons grand public (10, – 4).

Autre constat, ils se sont tenus sur des surfaces inférieures de 53,6 % par rapport à celles du 3ème trimestre 2019. Cela s’explique par un nombre d’exposants en forte baisse (-48,3 %), mais également par une présence accrue des PME (celles-ci louent traditionnellement des surfaces plus petites). Les grandes entreprises, en particuliers les groupes étrangers, sont moins venues sur les salons professionnels cette année.

La fréquentation des visiteurs a quant à elle été réduite de 41,3 %. Le nombre de visiteurs et d’exposants étrangers de proximité (Belges, Allemands, Italiens, Néerlandais, Espagnols ou Suisses) a certes diminué mais dans des proportions bien moindres que la clientèle étrangère lointaine, quasi absente en raison des conditions d’accès au territoire européen. De ce fait, le niveau élevé d’internationalisation des salons franciliens, atout habituellement indéniable, s’est révélé particulièrement pénalisant pour cette rentrée.

Pour le secteur, cette reprise fait suite à près de huit mois de quasi inactivité en 2021…et 18 au total depuis 2020. Et malgré cette reprise, l’activité des salons franciliens reste donc toujours fortement orientée à la baisse sur les neuf premiers mois de l’année 2021.