Événementiel et Covid : des start-ups françaises tirent leur épingle du jeu

Livestorm, 3D at Home, Eventmaker, Klaxoon… de nombreuses jeunes pousses françaises s’emploient à profiter du contexte de crise sanitaire et de la virtualisation des événements. Avec des résultats plutôt probants.

Le secteur de l’événementiel est très gravement impacté par la crise du coronavirus. Avec l’organisation de nombreux événements en virtuel, des jeunes pousses françaises entendent profiter de leur expertise et agilité pour concevoir un nouvel écosystème. Avec des succès incontestables. Ainsi, l’entreprise angevine 3D at Home a doublé ses effectifs depuis le début de la crise. Sa plateforme permettant d’organiser des salons virtuels a explosé cette année, avec plus de 200 manifestations prévues contre 30 l’an dernier, dont Direct Travel ce mois de novembre.

Pas étonnant que des investisseurs témoignent d’un intérêt croissant pour ces start-ups. Livestorm vient ainsi de lever 30 millions de dollars auprès d’Aglaé Ventures et Bpifrance, avec la participation de Raise Ventures et du fonds européen IDInvest. Cette opération porte le financement total de la start-up parisienne à près 35 millions de dollars. Livestorm, créée en 2016, a conçu une solution «tout-en-un», intégrant la totalité de l’événement, de la promotion à l’analyse des performances. En l’espace d’un an, elle a multiplié son chiffre d’affaires par huit et triplé ses effectifs.

Une autre jeune pousse parisienne, Eventmaker, spécialisée dans l’organisation d’événements en ligne de 50 à 1500 personnes, a récemment levé 1,3 million d’euros pour développer son offre sur l’event software.

D’autres entreprises opèrent à la marge des réunions virtuelles classiques, telles Zen Organisation et Experteam by Magma proposant des team-building en visioconférence, Jumpin organisant des soirées virtuelles et Virtway des événements 3D interactifs. On citera aussi l’éditeur rennais Klaxoon, lequel a lancé récemment Board, un espace de travail visuel collaboratif accessible sur tous types d’écrans, avec la visioconférence intégrée et de nombreux modèles de réunions et méthodes de travail prêts à l’emploi. Son objectif : diviser le temps des réunions par deux, en atteignant 100% de participation, et quatre fois plus de prise de décision. Comme le souligne Matthieu Beucher, CEO et fondateur de Klaxoon, «nous avons la responsabilité de nous mobiliser pour participer à la résilience de notre économie et de notre société. Avec ce nouveau confinement, il est devenu crucial de s’adapter, de faire preuve d’agilité et de réussir à se synchroniser malgré la distance. Le lien doit être maintenu au sein de toutes les équipes».

Parmi les autres entreprises françaises qui creusent leur sillon, on signalera enfin Privateaser. La marketplace a récemment racheté YouShould, son concurrent spécialisé dans la réservation de groupes dans les bars et restaurants, devenant ainsi l’un des leaders européen de l’organisation d’évènements.