Infographie : Quelle place pour le télétravail post-crise ?

La plateforme collaborative spécialisée dans la communication et le travail des équipes, Talkspirit, dévoile une étude sur le télétravail en France. Post-Covid, quel avenir pour le travail dans les entreprises françaises ? 

- Publicité -

La mise en place « forcée » du télétravail à grande échelle pour cause de crise sanitaire a fait naître de nouveaux usages et attentes chez les salariés français. Ainsi en 2019, 7,2% des salariés français déclaraient pratiquer occasionnellement le télétravail. En avril 2020, ce sont plus de 30% des sondés (source : Odoxa), qui déclarent avoir basculé à 100% en télétravail. Par conséquent, les outils numériques de travail collaboratif ont vu leurs téléchargements exploser avec une multiplication par 22 pour Zoom, en comparaison à la même période (2e semaine de mars mars 2020) en 2019 en France, contre X16 pour l’outil Microsoft Teams et X23 pour Google Hangout. Au total, sur cette semaine-là, App Annie dénombre 62 millions de téléchargement d’apps professionnelles et en grande partie de visioconférence, soit +90% par rapport à 2019 à la même période.

En parallèle, après quelques jours de confinement, 76% des Français en télétravail se disaient regretter leurs bureaux. En cause ? La promiscuité avec les autres membres de la familles, le stress engendré par le confinement, l’impossibilité de s’isoler ou bien encore le sentiment de solitude. Or, après quelques semaines seulement, 71% des personnes qui n’avaient jamais travaillé à domicile avant la crise aimeraient travailler à distance au moins un jour par semaine à l’avenir et 79% d’entre-eux sont même prêts à sacrifier leur bureau attitré pour pouvoir faire davantage de télétravail après le confinement. 

Cependant, 4% seulement des salariés pensent que les employeurs seront totalement favorables à ce type d’organisation, 51% les déclarent plutôt favorables et 36% les pensent plutôt défavorables, voire totalement défavorables pour 8% des sondés. Les freins principaux sont pour eux la culture du présentéisme (39%), l’incompatibilité du télétravail avec le métier (38%), aucune raison valables pour (26%) et à cause du manque de confiance (17%). 

 

Crédit : Talkspirit