Europe : vers une réouverture progressive et coordonnée des frontières

L’Union européenne travaille à une réouverture progressive et coordonnée des frontières intérieures. Pour les entrées en provenance de pays extra-européens, l’heure reste à l’application de mesures strictes.

La Commission européenne a appelé ce mercredi à un retour progressif de l’activité touristique – ce qui vaut aussi pour le voyage d’affaires – dans les pays de l’UE. Encore faut-il que les frontières soient ouvertes. Mais la levée des restrictions de voyage ne peut se faire que de façon progressive et coordonnée, entre pays présentant des profils épidémiologiques assez proches.

Actuellement, la Commission demande aux États membres de l’Union européenne et de l’Espace Schengen de prolonger jusqu’au 15 juin la restriction temporaire sur les voyages non essentiels à l’intérieur de l’UE. De nombreux pays s’inscrivent dans cette démarche. Et l’Allemagne a déjà annoncé qu’elle visait une levée à la mi-juin des restrictions de circulation mises en place à ses frontières. D’autres pays font en revanche preuve d’une extrême vigilance, au point d’imposer ou d’envisager des mesures de quarantaine à l’entrée, y compris pour les visiteurs en provenance des pays européens.

Ainsi, le Royaume-Uni envisage une telle mesure de quarantaine pour les prochains jours, même si la France a d’ores et déjà négocié d’en être exclu. Les voyageurs arrivant en Islande depuis l’étranger sont déjà placés en quarantaine depuis le 24 avril. L’Espagne met pour sa part en place une politique de quarantaine pour les étrangers à compter de ce vendredi. Mais les travailleurs transfrontaliers sont exclus de cette disposition. En Europe en effet, on devrait plutôt parler de restriction et non de fermeture stricte des frontières physiques. Ainsi, entre la France et l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne, la Belgique ou le Luxembourg, les travailleurs frontaliers peuvent disposer d’une dérogation. Et les « voyages professionnels certifiés » sont également autorisés, ce qui offre des options supplémentaires pour les déplacements d’affaires.

Pour l’entrée en France depuis les pays extra-européens, les propos du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, la semaine dernière, laissaient à penser qu’une politique de quarantaine serait la règle. Les frontières avec les pays non-européens «resteront fermées jusqu’à nouvel ordre», avait-il ainsi indiqué. Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat en charge du Tourisme, nuance désormais le propos. «Le projet de loi prolongeant l’état d’urgence sanitaire a prévu une possibilité ou faculté des mesures de quatorzaine», a-t-il indiqué lors d’un point presse ce mardi. «Cela ne veut pas dire qu’il les rend obligatoire, pour tout voyageur venant de tout pays».

On notera enfin que la mise à l’isolement les territoires ultra-marins pourrait faire place, dès juin, à une politique de contrôle basée sur les tests à l’arrivée à l’aéroport.