« Impulsion & Puissance » : ça roule (des mécaniques) pour Selectour

1569
Puissance & Impulsion : ça roule (des mécaniques) pour Selectour

Au premier jour de son Congrès, le réseau Selectour, par la voix, notamment, de Laurent Abitbol et Christophe Jacquet, a fait étalage de sa force de frappe commerciale, de son assise financière, de son impact sur l'industrie.

"Impulsion & Puissance". Il faut reconnaître que la profession de foi (la devise ? le slogan ? la menace ?) de ce 13ème Congrès Selectour a été bien choisie. La puissance, c'est celle que confèrent les 6,15 milliards d'euros de CA 2023 du GIE ASHA de Selectour/Havas. L'impulsion, elle peut s'illustrer par cette injonction - efficace - que le groupe a adressée à Air France-KLM pour le report de la "surcharge GDS" sur les voyages d'affaires au 1er juillet 2024, soit 6 mois après l'échéance initialement prévue.

> Lire aussi : La "surcharge GDS" d'Air France repoussée de 6 mois

On ne connaît pas les détails de la prise de décision du transporteur français mais il semblerait qu'un dîner réunissant, entre autres, Laurent Abitbol, président du Directoire de Selectour, et Henri Hourcade, SVP France du groupe franco-néerlandais, fut déterminant. Un coup de pression gagnant entre poire et fromage, sans doute. C'est du moins ce qu'on peut imaginer si l'on veut bien considérer la préséance assez hallucinante relative à ce fameux report : c'est Laurent Abitbol qui l'annonça sur scène. Henri Hourcade qui lui y succèdera, n'en pipera mot. 6,15 milliards, donc.

La puissance, c'est aussi, en début de Congrès, ce message délivré en sous-main aux journalistes présents : passer sous silence une partie du discours d'ouverture consistant en fait en un alignage en règle des partenaires qui ont annulé leur participation à l'événement au regard du lieu (la Jordanie) et des circonstances géopolitiques actuelles. Décliné sur le mode du sketch potache, le remontage de bretelles ne mangeait pourtant pas de pain. Mais combien puissant faut-il effectivement se sentir pour intimer sans complexe ce genre de consignes aux médias. En même temps, tant qu'ils obéissent...

L'impulsion, c'est encore Laurent Abitbol qui la donne en prenant date, auprès de ses agents, ce jeudi 30 novembre 23 : en 2024 ou 2025, les agences du réseau pourront réserver des billets d'avion en "contourn(ant) IATA (...) grâce à Amadeus Wallet". Le mécanisme, à peine évoqué, reste flou. Et après avoir interrogé un spécialiste de l'aérien et un acteur important de la distribution présents au Congrès, ça l'est encore davantage. Pour le premier, "c'est impossible"; pour le second, "c'est déjà possible". On creusera le sujet dans les semaines à venir.

L'impulsion, c'est aussi Christophe Jacquet, administrateur du GIE ASHA et DG de Havas Voyages, sur scène. A propos de NDC : "On (avec Air France et Amadeus) a réussi à mettre en place une horloge universelle", déclare-t-il en référence à la perte de productivité induite par NDC et, en conséquence, à la fixation du moment où le nouveau système de distribution sera acceptable pour les voyages "affaires". Pas avant 6 mois, donc... La puissance, elle, se déploiera quand il s'agira - sur un sujet "loisirs" - de fustiger les tour-opérateurs.

Relativisons cette démonstration de force. Laurent Abitbol - et c'est certainement l'un des secrets de sa réussite - a en outre une conscience assez claire de ses limites. Concernant le lobbying : "On est bon en France, on n'est pas bon en Europe : il faut le construire". Et faisant référence à la venue, en clôture du Congrès, de Nicolas Sarkozy, il précisera : "Ca, c'est du bon lobbying".

Relativisons une fois encore : dans cette ambiance un rien "viriliste", comme dirait l'autre, un peu de douceur, tout de même. Elle est réservée aux clients de Selectour. Laurent Abitbol annoncera en effet, pour les agences répondant aux critères de la charte de qualité du réseau, la mise à disposition d'émetteurs d'odeurs ("car c'est important, les odeurs") de nature à créer une atmosphère propice à la vente... Pour augmenter sa puissance et davantage donner l'impulsion, on l'aura compris.