Voyage d’affaires : The Treep lance un outil d’aide à la décision

463
Politique voyage : “Désormais, soit notre cabinet refacture les déplacements, soit… il n’y a plus de déplacements”

The Treep remixe "Should I stay or should I go?" avec un outil mesurant l'essentialité du déplacement.

Il n'y a pas que The Clash qui s'interroge sur le "Stay" ou le "Go" : le collaborateur et sa direction sont d'autant plus soumis à cette question que la visio s'est généralisée et que les objectifs de diminution de l'empreinte carbone, notamment du scope 3, se font plus impérieux.

"Stay or Go", c'est précisément le nom que le SBT The Treep présentera dès demain à l'IFTM : un outil d'aide à la décision du voyage. De la data fournie par le voyageur ou l'organisateur d'événements de l'entreprise, à laquelle s'appliquent des algorithmes permettant d'évaluer le pourcentage d'essentialité du déplacement, en fonction d'une dizaine de critères.

Les données de voyage servent avant tout à déterminer son impact carbone. S'y ajoutent d'autres éléments censés déterminer la pertinence du voyage, tels que la valeur financière potentiellement générée par le déplacement, la date du dernier rendez-vous en présentiel, le risque sanitaire, le risque sécuritaire et le degré de substituabilité par la visioconférence. "En fonction de la PVE, ces critères peuvent être pondérés", précise Nabila Iken, responsable R&D chez The Treep.

En ressort une moyenne reprenant l'ensemble des scores de chacun des critères pondérés, engendrant une recommandation entre "Stay" et "Go" (photo ci-dessous).

"Stay or Go" en est aujourd'hui à une version prototype et devrait être commercialisé en 2024, en direction des grands comptes, avant tout.