Transavia, pour la première fois sans plastique

Ce jeudi 23 janvier, Transavia teste dans des conditions réelles son nouveau dispositif sans plastique à usage unique à bord.

C’est en vol charter, au départ de Orly, à destination de Rovaniemi (Finlande) que Transavia effectue un vol test ce jeudi 23 janvier afin de mesurer les besoins liés à cet engagement pris en juin dernier par la filiale low-cost d’Air France : remplacer tous ses matériels en plastique à usage unique et trier pour recyclage ce qui reste du polymère (les bouteilles à la vente en premier lieu).

Dans cette bataille contre le pastique, deux fronts sont ouverts. Celui, évident, du changement de matière. Ainsi, les couverts sont-ils désormais en écorces de bambou, les agitateurs et les sacs kraft, en bois certifiés FSC (Forest Stewardship Council) avec des encres à base d’eau et des colles certifiées REACH (Registration, Evaluation, Authorization and restriction of CHemicals). Les gobelets en plastique fabriqués à partir de bioplastique de maïs (PLA) sont, nous promet Transavia, une « petite prouesse technique pour résister aux fuites dans le cas de boissons chaudes et d’alcool ».

L’autre cheval de bataille est d’ordre plus culturel : les personnels de bord ont pour consignes de réduire le gaspillage : couverts, agitateurs, sucre et serviettes distribués à l’unité, pailles non proposées.

Pourquoi un vol test est-il nécessaire ? « Parce que dans un avion, l’espace étant très contraint, il nous faut faire des essais pour adapter au mieux les placards de rangement et les trolleys qui comprendront désormais cette poubelle de tri pour les bouteilles en plastique que nous vendons ».

Ce vol fera l’objet d’une analyse des déchets produits, des éventuels problèmes de rangement rencontrés… Pour donner lieu à un réajustement en collaboration avec Servair avec qui ont été conçus ces nouveaux équipements. Et le déploiement du dispositif se fera progressivement à l’ensemble de la flotte Transavia, forte d’une quarantaine d’appareils. Aucun calendrier n’est donné par Transavia, mais à titre indicatif, la compagnie rappelle que « de l’annonce de l’abandon du plastique en mars 2019, au lancement du processus, il s’est écoulé 3 mois ; puis encore 6 mois, en décembre 2019, pour son achèvement. »

Lors de ce fameux juin 2019, la compagnie avait alors rappelé les enjeux de l’opération : « Transavia utilise au total 7 millions de consommables en plastique (équivalant à) 41 tonnes de plastique chaque année sur l’ensemble des vols ». Il faudra bientôt conjuguer cette phrase au passé.