Air India et SAA en grande difficulté

Trois compagnies d’assurance voyage sud-africaines ont cessé de couvrir les billets émis par South African Airways contre l’insolvabilité. En Inde, le succès de la privatisation d’Air India est présentée comme cruciale pour sa survie.

- Publicité -

South African Airways (SAA) et Air India traversent aujourd’hui de sérieuses zones de turbulence. Comme le rapporte notre confrère L’Écho touristique (South African Airlines (SAA) lâchée par les pros du tourisme sud-africain), l’une des principales agences de voyages en Afrique du Sud a décidé de ne plus vendre de billets de la compagnie aérienne. Selon l’agence Reuters, cette décision est liée à l’annonce par son assureur, l’une parmi trois compagnies d’assurance voyage sud-africaines, de «cesser de couvrir les billets émis par South African Airways contre l’insolvabilité».

Il s’agit d’un nouveau coup dur pour la société publique lourdement endettée. SAA a fait face fin novembre à une grève de sept jours qui a entraîné l’annulation de centaines de vols. Le groupe n’a pas été en mesure de payer la totalité des salaires de ses employés en novembre. Il n’a pas enregistré de profit depuis 2011 et survit grâce à des plans successifs de sauvetage de l’État dont un plan de redressement présenté il y a quelques jours (South African Airways envisage de licencier un cinquième de ses effectifs). Avec une flotte d’une cinquantaine d’appareils, SAA assure plus de 35 destinations nationales et internationales.

Air India est peut-être en plus mauvaise posture encore, souligne L’Écho touristique (Air India au bord de la faillite ?), citant notamment l’agence Bloomberg qui parle de la compagnie nationale indienne comme étant «en très grande difficulté financière» et qui va tenter l’opération de la dernière chance. «La compagnie aérienne devra fermer si elle n’est pas privatisée», a déclaré Hardeep Singh Puri, le ministre de l’Aviation civile, au Parlement indien. Air India a débuté sous le nom de Tata Airlines en 1932 et est ensuite devenue une entreprise publique. Elle n’a pas gagné d’argent depuis sa fusion en 2007 avec l’opérateur national indien Indian Airlines Ltd, et voit ses comptes grever d’une dette avoisinant les 11 milliards de dollars. La compagnie transporte plus de 20 millions de passagers par an.