Virtuo va augmenter son parc « auto » pour une valeur de 200 millions d’euros

(Ph. Zach Vessels)

La solution de mobilité française affiche ses ambitions avec le segment corpo comme fer de lance. En attendant une intégration au GDS...

La solution de mobilité française Virtuo a décidé de passer la vitesse supérieure. Depuis son premier exercice 2015-2016, son parc automobile a doublé d'année en année. Elle entend, en 2023, l'augmenter pour une valeur de 200 millions d'euros. Qui correspondrait, d'après une estimation maison, soumise à caution, donc, d'un millier de véhicules supplémentaires.

Pour financer cette opération d'envergure, "Virtuo a procédé à une opération de titrisation menée avec BNP Paribas, explique le directeur financier Alexandre Perrin. On valorise nos véhicules et on les transforme en titres bancaires : de la dette." Une première tranche de 40 M€ a ainsi été levée l'été dernier. 100 M€ supplémentaires le seront l'an prochain.

La startup refuse de communiquer sur ses chiffres mais il semblerait que c'est bien le corpo (bien que minoritaire vs le loisir) qui constitue le booster de sa croissance. Stanley Baudu, en charge de ce segment de clientèle, annonce la couleur : "L'objectif est de multiplier par 2,5 les chiffres corpo 2022, en 2023".

Bientôt le GDS ?

Une ambition dont il précise les moyens : "Nous avons signé plusieurs grosses agences, FCM, Havas... Et en direct, nous venons de décrocher un gros appel d'offres qui correspond à 500.000 véhicules loués à l'année (en partage avec d'autres loueurs)". 

Mais la grosse année "corpo", pour Virtuo, ce sera peut-être 2024... Tout est en place pour qu'un partenariat soit signé avec Amadeus, avec Amex GBT en entremetteur. Si c'est le cas, cette année-là, Virtuo serait intégré au GDS. Autant dire : une présence dans tous les SBT, de Concur à Cytric, de KDS à Egencia, auxquels s'ajoutent le offline des agents de voyages. Restera dès lors à décrocher les clients "grands comptes".