BlaBlaCar bientôt en bourse et bientôt du train

Nicolas Brusson, Frédéric Mazzella et Francis Nappez, fondateurs de BlaBlaCar. (BlaBlaCar)

115 M$ de levée de fonds, une internationalisation renforcée via le bus, une offre ferroviaire et une entrée en bourse d'ici 2023, c'est l'actualité effrénée de la startup française.

Nicolas Brusson, le DG de la licorne française du covoiturage l'annonce sans fausse pudeur à l'AFP : la sortie de la crise sanitaire sera placée sous le signe de l'agressivité. La levée de 115 millions de dollers (97 M€) annoncée ce mardi 20 avril, contribuera sans doute aux ambitions conquérantes de BlaBlaCar.

Il permettra en tout cas de renflouer les caisses - "avec ce plan de financement, on se retrouve avec plus de 200 millions de cash", de valoriser la société à quelque 2 milliards de dollars et de préparer une entrée en bourse dont la date reste à fixer. Elle se fera lorsque la rentabilité sera retrouvée après un rachat des Ouibus de la SNCF en 2018 et douze mois affectés par la pandémie, soit, selon les ambitions des dirigeants, d'ici fin 2022.

> Lire aussi : SNCF s'associe avec BlaBlaCar et lui vend Ouibus

Trois fronts

Cette agressivité, elle se portera sur trois fronts. D'abord, un renforcement de ses positions hors-UE, notamment en Ukraine, en Russie, en Inde, au Brésil et au Mexique. Dans ces pays, c'est le bus qui sera le fer de lance de BlaBlaCar. L'entreprise y agrège déjà en tant que marketplace 7.000 transporteurs locaux.

En Allemagne et en France, c'est en revanche sous sa marque BlaBlaBus qu'elle opère. Et c'est là l'autre axe de son développement : "L'idée c'est qu'en 2022 on soit capable de proposer un réseau de bus qui soit au moins deux fois celui de 2019 (sur ces deux pays)", précise Nicolas Brusson.

C'est donc de moins en moins le partage de véhicule individuel qui contribuera au développement de BlaBlaCar, comme le prévoyait son business model originel, en 2006. Le troisième axe renforce cette tendance : fort de sa proximité avec la SNCF, la startup va en effet proposer des billets de train.

A ce titre, une expérimentation sera lancée en France à partir de 2022. Concrètement, l'utilisateur de l'application BlaBlaCar pourra comparer le prix et la durée d'un trajet en covoiturage, en bus et en train. Par exemple, "si un passager veut faire un Paris-Sarzeau (Morbihan), il pourra réaliser un Paris- Vannes en train et un Vannes- Sarzeau en covoiturage en une seule commande", précise le fondateur de la plateforme.  

Nous avons vérifié, Vannes-Sarzeau, c'est 27 km... "L'appli de référence pour les transports de 50 km à 10 000 km" va devoir changer sa base-line.