Malaise voyageur : En quoi consiste le nouveau protocole de la RATP ?

814

Valérie Pécresse, présidente d’IDF Mobilités et de la région Île-de-France, a annoncé un nouveau protocole en cas de malaise voyageur dans les transports. Les syndicats de la RATP ont déjà fait part de leur désaccord sur ce nouveau dispositif qu’ils jugent « discutable d’un point de vue éthique ». 

La présidente d’IDF Mobilités, a annoncé l’évolution du protocole en cas de malaise voyageur afin de fluidifier le trafic dans les transports parisiens. « Quand il y a un malaise voyageur, il faut faire comme à Londres ou à Tokyo, il faut sortir la personne de la rame », a-t-elle déclaré au micro de BFM. Cinq mois avant le début des Jeux Olympiques de Paris, le nouveau protocole a été validé par le Samu. Alors que l’ancien prévoyait de stopper la rame lors d’un malaise voyageur jusqu’à l’arrivée des secours, désormais, la personne sera directement sortie de la rame et prise en charge sur le quai. La rame, elle, pourra repartir directement sans interruption de trafic. Ce tout nouveau protocole «sera mis en place au mois de juin dans le métro et sur les RER B et D côté SNCF, alors que les conducteurs devraient commencer à suivre une formation à ce sujet d’ici quelques semaines», précise IDFM. 

Les syndicats montent au créneau et dénoncent un protocole déshumanisant 

Selon le syndicat FO-RATP, ce nouveau dispositif est une hérésie : « Sortir coûte que coûte une personne saisie d’un malaise dans un train marque une réorientation des tâches, anxiogène, déshumanisante et dévalorisante ». Avant d’ajouter que cette mesure pourrait générer de graves incidents sociaux en cas d’obligation de mise en oeuvre. « Comment on va déplacer une personne d’un train bondé à un quai bondé? Ça veut dire que l’on va enjamber la personne? Et ça ne dérange personne au niveau de l’éthique? » dénonce Bastien Berthier, représentant syndical de la FO RATP, premier syndicat chez les conducteurs de métro. Les syndicats mettent également en garde contre un risque accru pour la santé des voyageurs si ces derniers venaient à être évacués des rames par des personnes autres que des professionnels de santé.

Du côté d’IDFM, on assure qu’un dialogue social est en cours pour discuter des modalités de la mesure, en accord avec le Samu et les sapeurs-pompiers de Paris. Ce dialogue doit ensuite se décliner ligne par ligne au mois de mars, pour une mise « avant les Jeux olympiques ».