Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Air France condamnée pour un café empoisonné


Au lendemain de l’annonce de son plan d’économie d’un milliard d’euros, Air France a été condamnée à verser 146 000 euros à un passager qui l’accusait de lui avoir donner un café empoisonné par une substance très toxique en 2006. Le plaignant avait réclamé 680 000 euros de dommages et intérêts au transporteur. Le tribunal de Bobigny a également demandé que la facture des frais d’hospitalisation de 100 000 euros soit remboursée à la Caisse primaire d’assurance maladie de l’Essonne.



Air France
Air France
En octobre 2006, Marc-Fredaine Niazaire avait été pris d'un malaise violent après avoir bu un café sur un vol Air France entre Bordeaux et Roissy. Victime de convulsions, l’œsophage brûlé, il a du subir 5 interventions chirurgicales lourdes dans les mois qui ont suivi. Persuadé que cet accident était dû à un empoisonnement par un détergent toxique contenu dans sa boisson chaude, le passager a poursuivi la compagnie aérienne. Le Tribunal de Grande Instance de Bobigny lui a donné raison, au civil, le vendredi 13 janvier 2012. Air France a ainsi été condamnée à lui verser à 146 000 euros de dommages et intérêts. Elle devra également rembourser les frais de soins engagés à la Caisse primaire d'assurance maladie (CPAM) de l'Essonne, soit près de 100 000 euros. Bien que l'enquête pénale ait conclu à un non-lieu en 2 juin 2010, par manque de preuve pénale, la cour a reconnu que «les symptômes relevés sont contemporains de l'ingestion par Me Niazaire d'un café et d'un biscuit. Ils sont apparus brutalement ». De plus, il n'avait «jamais été pris en charge» avant «pour des problèmes d'estomac». «Monsieur Marc Niazaire fait ainsi la preuve suffisante de ce que le malaise dont il a été pris (...) présente les caractéristiques d'extériorité et d'imprévisibilité requis pour la qualification d'accident». Le tribunal a donc estimé que «la responsabilité du transporteur doit s'appliquer».