Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


"Air France est en danger de mort", selon le SNPL


Face à ses difficultés à revenir dans le vert, Air France a accéléré la mise en œuvre de son plan Perform 2020. La compagnie a également engagé une procédure juridique en référé à l'encontre du SNPL en raison du manque de résultats des négociations sur la mise en place des dernières mesures prévues. Emmanuel Mistrali, porte-parole du SNPL, syndicat des pilotes de la compagnie, a défendu les positions de son organisation sur Europe 1 et assuré qu' «Air France est en danger de mort».



Air France assure que les pilotes – contrairement à leurs collègues – n'ont pas atteint les objectifs d'économies escomptés. Emmanuel Mistrali refute cette analyse «C'est faux, nous nions cette allégation. Nous avons respecter les termes du contrat qui nous engageait avec la compagnie dans le cadre du plan Transform». Sur le point de la majoration des heures supplémentaires qui devait être 45% au lieu de 50%, mesure non appliquée pour le moment. Le porte-parole du SNPL répond «Cette mesure n'est pas mise en place parce que c'était une mesure conditionnelle» et ajoute que «certaines conditions d'application» ne sont pas réunies.

«Nous n'avons pas d'exemple de compagnies qui puisse progresser et se tourner vers l'avenir contre ces pilotes», explique-t-il. Selon lui, la direction a besoin «d'un engagement fort de ses salariés», si elle souhaite se restructurer. Le syndicaliste estime ainsi que la procédure engagée contre SNPL est un «message assez mal venu», deux jours avant l'ouverture de nouvelles négociations entre salariés et direction.

Emmanuel Mistrali conclut «Air France est en danger de mort comme le sont les autres compagnies européennes face à la concurrence internationale et notamment celle des pays du Golfe. Les efforts d'économies de la compagnie française ne suffiront cependant pas». Il demande à l’État et à Bruxelles d'agir pour «rétablir une concurrence loyale».






1.Posté par isembart le 17/06/2015 11:35
Si AF disparait se sera entre autre la faute justement des pilotes....Faut mettre fin à cette baronie, fin aux privilèges indécents......Je suis solidaire d'Air France .....

2.Posté par la vérité le 17/06/2015 11:49
La vérité si AF disparaît consiste en un reclassement au sol des pnt Af car compte tenu de leurs idées et comportements aucune compagnie ne les reprendra.