Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mercredi 15 Juin 2011

Expulsé de l’avion pour un gros mot



La vulgarité devient donc une cause d’expulsion sur certaines compagnies américaines. Un passager de la compagnie Atlantic Southeast Airlines a littéralement été chassé de l’appareil pour avoir utilisé le célèbre «F-word» américain à deux reprises en discutant du retard du vol avec son voisin. Vous avez dit puritain ?



Expulsé de l’avion pour un gros mot
Les voyageurs d’affaires devraient dorénavant surveiller leur langage – ou peut-être s’en tenir à des grossièretés made in France – après l’incident intervenu à Détroit le 12 juin, et relayé par le Detroit Free Press. Robert Sayegh, le passager en question, se rendait à un mariage familial organisé à Kansas City. Lassé par le retard pris au décollage, il s’est naïvement plaint auprès de son voisin, demandant comme tant d'autres devaient le penser à voix basse « Put… qu’est-ce qui se passe ? ». Une expression presque banale aux Etats-Unis, et qui n’était a priori destinée à aucun membre de l’équipage en particulier. Qu’importe : avertis par l’équipage, des policiers ont rapidement embarqué à bord de l’appareil, et expulsé le malpoli… qui aura dû attendre un autre vol, en intériorisant d’autant plus sa nervosité.



1.Posté par Garfield le 16/06/2011 10:37
Quel soulagement !

Ce n'est pas parce que la vulgarité est devenue un mode de vie aujourd'hui que la minorité des voyageurs encore éduqués devraient subir ces comportements lassants et, finalement, agaçants, de ce que je qualifie les "étrons de la société"...

Dans ce cas, je pense que l'équipage a eu raison de ne pas vouloir subir ce comportement d'enfant gâté et vulgaire (hélas leur quotidien), et en prime de ne pas le faire subir aux autres voyageurs..., tout en calmant les "ardeurs névrologiques" d'autres candidats égocentriques potentiels à l'insulte facile, ce qui évite l'effet mouton...!

Dommage que l'on ne voie pas cela plus souvent.

2.Posté par Notry le 16/06/2011 15:21
Cet éminent Garfield vit dangereusement : je connais quelqu'un qui connait quelqu'un qui pourrait avoir lu son commentaire - et de ce fait se sentir visé par les termes d'étron, vulgaire ou autre, et l'accuser d'accusations accusantes.

Cela me rappelle une petite histoire : il y a 20 ans j'avais loué un véhicule en Californie. Réalisant dans l'avion du retour que j'avais oublié dans un petit rangement de la voiture des lunettes correctrices fumées, j'appelle le loueur pour qu'il me les renvoie. J'ai eu plusieurs personnes de plus en plus (ir)responsables et au terme de ces échanges surréalistes on m'informe que la société XXX*** "ne pouvait pas se permettre de demander au locataire suivant s'il avait trouvé mes lunettes: il pourrait très mal prendre qu'on puisse penser que c'est potentiellement un voleur.

Surréaliste.