Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


L'OACI recense les risques aériens en zones de conflits


Le drame du vol MH17 abattu par un missile pendant le survol de l'Est de l'Ukraine avait mis en lumière la problématique du survol des zones de conflit. L’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) a lancé a mis en ligne un répertoire d’information sur les risques encourus dans ces espaces aériens, suivant les recommandations formulées par les États membres à l’issue de la Conférence sur la sécurité de février dernier.



Le nouveau répertoire, accessible via le site Web de l’OACI, est uniquement disponible en anglais pour le moment. Les gouvernements, les compagnies aériennes ainsi que le grand public y trouveront des informations actualisées sur les risques éventuels encourus par l’aviation civile en cas de conflit armé. «Ce répertoire centralisé vise à renforcer le cadre mondial existant selon lequel il incombe à chaque État d’évaluer les risques encourus par l’aviation civile dans son espace aérien, et de les porter rapidement à la connaissance des autres États et des compagnies aériennes», a souligné le Président du Conseil de l’OACI, Olumuyiwa Benard Aliu. Selon lui, «Le répertoire ne modifie pas ces responsabilités essentielles des États, mais il répond dans une large mesure au solide consensus international que nous avons constaté sur l’idée selon laquelle la sécurité de notre réseau mondial bénéficierait d’un meilleur partage d’informations sur les risques en zones de conflit».

Seuls les administrations de l'aviation civile des pays pourront soumettre des «informations sur les risques» de survol. «Le nom de l’État publiant les informations dans le répertoire sera clairement indiqué, et les États mentionnés dans ces publications auront également la possibilité d’examiner et d’approuver les informations les concernant avant qu’elles soient mises à la disposition du public», précise l'OACI.