Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


La CGT veut une renégociation de la nouvelle réglementation sur les limitations de temps de vol


La Fédération Européenne des Transports (ETF) vient de ce prononcer en faveur du règlement sur les limitations de temps de vol des personnels navigants (pilotes hôtesses et stewards). La CGT Branche du Transport aérien demande que le nouveau règlement européen soit renégocié et réécrit.



Dans son communiqué du 25 février 20113, la CGT estime que «la position ETF reprend purement et simplement, les arguments avancés par la Commission Européenne et l’Agence Européenne de Sécurité Aérienne (EASA) pour défendre leur projet devant le Parlement Européen». L’organisation considère que «Ce n’est ni plus ni moins qu’une position d’accompagnement des politiques libérales de la commission européenne, des gouvernements, des députés de droite et des élus socialistes, qui approuvent ce texte». Malgré l'opposition de sa commission Transports, Bruxelles a adopté en octobre dernier un texte encadrant le temps de travail des navigants qui était fortement décrié par les professionnels.

Pour sa part, le syndicat CGT Branche transport estime que ce nouveau règlement européen «n’est pas bon pour la sécurité. Il ne répond en rien au problème de la fatigue des membres d’équipage puisque d’importantes recommandations scientifiques et médicales n’ont pas été prises en compte». Il ajoute que «ce texte aggrave le dumping social et met en danger la sécurité et la santé des personnels navigants, et par là même des passagers, puisqu’il s’agit d’une harmonisation par le bas des règles de temps de travail».

La CGT souhaite que la Fédération Européenne des Transports puisse «réviser sa position sur les FTL et exiger la réouverture de négociations sur cette question». Elle conclut «Dans le contexte des élections européennes, la CGT demande aux députés européens d’abroger ce règlement et de soutenir la demande des personnels navigants pour de nouvelles négociations sur la question des FTL et leur temps de travail».