Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Les syndicats d'Air France boycottent la réunion "stratégique et sociale" de ce lundi


Les relations de la direction d'Air France et les syndicats sont toujours aussi tendues. Les organisations ont décidé de boycotter la réunion "stratégique et sociale" prévue ce lundi 16 mars 2015. L'entreprise a ainsi reporté la rencontre.



Les syndicats représentatifs d'Air France ont indiqué le 14 mars 2015 qu'ils allaient boycotter la réunion «stratégique et sociale» du lundi 16 mars souhaitée par la direction pour entamer la renégociation des accords d'entreprise. Les organisations représentatives de la compagnie, issues des élections professionnelles du 12 mars 2015, expliquent dans un communiqué commun qu'elles ont décidé de «décliner l'invitation d'Alexandre de Juniac». Elles déclarent «La CFE-CGC, l'UNAC-CGC, FO, le SNPNC FO, la CFDT, l'UNSA Aérien, l'UNSA PNC, la CGT, le SNPL et le SPAF, réunis vendredi, considèrent que les multiples déclarations médiatiques d'Alexandre de Juniac, président de la holding Air France/KLM, compromettent le dialogue social au sein de la compagnie Air France». Les syndicats reprochent au PDG d'Air France-KLM d'avoir annoncé cette rencontre «à la place du président d'Air France, par voie de presse et pendant le scrutin des élections professionnelles de la compagnie». En outre, ils ajoute que cette réunion, fixée «quelques heures avant le comité de nomination qui examinera son renouvellement à la tête de la holding, répond à des enjeux qui ne sont pas ceux de la compagnie Air France et de ses salariés».

Alexandre de Juniac et Frédéric Gagey, Président-Directeur général d'Air France, ont réagi par le biais d'un communiqué également. Ils disent qu'ils «regrettent que les syndicats représentatifs de la compagnie aient pris la décision de ne pas participer à la réunion de lancement des discussions sur l'avenir d'Air France prévue lundi 16 mars». Ils assurent que «Le calendrier de cette réunion était lié à celui des élections syndicales qui ont eu lieu le 12 mars et non à celui de la gouvernance de l'entreprise. Toute autre interprétation est erronée et sans rapport avec l'intérêt supérieur de la Compagnie et de ses salariés».

«La réunion du 16 mars devait ouvrir un nouveau cycle de discussions s'inscrivant dans le prolongement du dialogue social qui a permis le succès de Transform 2015. Ce dialogue doit se poursuivre et s'amplifier pour que le plan Perform 2020 réussisse à son tour et garantisse à Air France une compétitivité retrouvée et un avenir pérenne», précise le document. Il conclut «C'est avec ces seuls objectifs que la direction entend les demandes de ses partenaires et propose donc de définir un nouveau cycle de rencontres, à une date prochaine qui conviendra à tous».