Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Lufthansa, une low cost long courrier dévoilée fin décembre ?


Selon la presse allemande, Lufthansa dévoilera fin décembre les contours de sa future low-cost long-courrier. Une compagnie qui vise principalement le monde du loisir avec des prix bas et un minimum de service. Malgré ce cahier des charges, la Lufthansa parie sur une petite clientèle d’affaires, principalement des PME/PMI à la recherche du meilleur tarif pour leurs déplacements professionnels.



Les premières informations livrées confirment celles qui ont déjà été révélées en juin dernier : Lufthansa va s’appuyer sur Sun Express pour le démarrage de ses activités. Une compagnie qu’elle détient avec Turkish Airlines. Mais attention, l’entreprise turque ne participera pas à l’aventure. Au contraire même car la nouvelle compagnie veut prendre en tenaille l’offre tarifaire de Turkish Airlines, alliée dans Star Alliance mais premier ennemi sur le terrain commercial.

Concrètement, les bases d’exploitation seront situées à Cologne, Munich et Düsseldorf. Des aéroports qui ne sont pas les mieux desservis au départ des villes françaises de province. Francfort ne sera pas concerné pour éviter la cannibalisation des vols réguliers. La gestion des correspondances risquent d’être plus complexe. Autre certitude, pour réussir son pari, la densification de l’appareil est au programme même si aucune donnée n’a été fournie sur l’aménagement de la cabine des Boeing 767 et A330

Mais côté pilotes, rien n’est acquis. Le syndicat Cockpit a fait savoir qu’il n’accepterait pas des salariés au rabais dans des compagnies « sœurs » et que rien ne se fera sans une réelle négociation sur les pré-retraites.

Pour les experts, Lufthansa fait un pari risqué car aucune expérience de ce type n’a été une réussite sur le marché du long courrier. En Europe, Zoom Airlines avait tenté l’expérience sur le Canada, la France et l’Angleterre. Sans succès. Ce qui est certain, dans l’univers du loisir, c’est qu’Air France comme British vont se retrouver dans une concurrence frontale en matière de prix. British a su régler cette question. Pas Air France !