Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels



Mardi 21 Février 2012

Nouveaux records pour l'essence et le gas oil, les déplacements professionnels pénalisés



Troisième semaine de record battu pour le carburant à la pompe et une facture qui s'alourdit pour les voyages d'affaires et les tournées faites par la route : le super 95 à atteint 1,58 €/litre et le gazole 1,42 €/litre vendredi dernier.



© Jennifer Walz | Dreamstime.com
© Jennifer Walz | Dreamstime.com
Selon des données en date de vendredi, publiées lundi soir par le ministère du Développement durable, le prix moyen du litre de super sans plomb 95 a grimpé à 1,58 euro la semaine passée et celui du super sans plomb 98 (dont les ventes sont très inférieures au SP95) s'est élevé à 1,62 euro. Les deux carburants dépassent ainsi les niveaux records établis une semaine plus tôt (respectivement 1,5787 €/l et 1,6184 €/l), d'après les chiffres compilés par la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC).
Le gazole reste toujours en dessous de son record de 2008, mais se rapproche de son record de l'année, atteint le mois dernier. Il a progressé à 1,42 euro le litre vendredi contre 1,4180 euro la semaine précédente. Il se rapproche de son record de l'année (1,4240 euro le 13 janvier), et de son record historique du printemps 2008 (1,4541 euro).
Les ventes de gazole représentent environ 80% de la consommation française de carburants automobiles, le super sans plomb 95 un peu moins de 15% et le super sans plomb 98 autour de 5%.
Les prix de vente à la pompe sont des moyennes nationales calculées par la DGEC à partir de données fournies par les stations-services.
La tension sur les prix va encore perdurer : Téhéran a annoncé dimanche qu'il arrêtait toute vente de pétrole à la France et à la Grande-Bretagne, les deux pays de l'UE les plus en pointe pour promouvoir les sanctions contre l'Iran. L'annonce est symbolique puisque les deux pays avaient déjà cessé leurs achats à l'Iran en fin d'année, mais ajoutée aux risques de blocage du Détroit d'Ormuz, elle accentue la pression sur les cours du pétrole.