Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires et des déplacements professionnels
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Une hôtesse d'American est accusée d'avoir voyagé avec ses rats


Une hôtesse de l’air d’American Airlines a été accusée par ses collègues d’avoir effectué le vol Saint Martin-Miami du 26 février 2012 en ayant avec elle... ses rats de compagnie. Elle nie en bloc les dires des autres membres de l’équipage et porte plainte pour harcèlement.



Une hôtesse d'American est accusée d'avoir voyagé avec ses rats
En février 2012, Louann Giambattista a assuré la liaison d’American Airlines Saint Martin - Miami. Après ce vol, le pilote a rempli un rapport où il assurait avoir remarqué une bosse dans la poche de l’hôtesse de 55 ans en l’aidant à descendre d’un van à l’aéroport. Selon lui, c’était un animal ! Ensuite l'une de ses collègues a indiqué avoir vu la cinquantenaire nourrir des rats domestiques pendant le vol. L’agent de bord, qui reconnaît être une amoureuse des animaux et en posséder plusieurs, nie cette version. Elle a expliqué qu’elle avait placé un pain dans une tasse pendant ce trajet afin de pouvoir le manger plus tard sans paraître non professionnelle devant les passagers. Pour elle, sa consœur a donc mal interprété ce geste. Après les accusations de ses collègues, elle a été retenue par les services de l’immigration de l’aéroport de Miami. Pendant une heure, ils ont fouillé ses affaires sans rien découvrir.
Selon la plainte déposée par l’hôtesse la semaine dernière, la compagnie l’aurait mis «sous surveillance» à la suite de cet incident. L’hôtesse assure que pendant plus d’un an, elle a été blacklistée. Ainsi les agents de sécurité des aéroports la contrôlaient à chacun de ses passages «rendant quasiment impossible pour elle d’aller au travail». Elle a refusé d’être transférée sur le réseau domestique pour éviter ces contrôles incessants. Louann Giambattista a expliqué au New York Post qu’il n’y avait aucune raison pour qu’elle soit la cible de ces attaques et de ces contrôles «les gens disent qu’il doit y avoir une raison, mais il y en a pas» assure t-elle.