Attention aux faux taxis sur les aéroports canadiens

La mésaventure de Megan Schroeder, rapportée ce 3 avril par Radio-Canada, peut servir de mise en garde à tous les voyageurs d’affaires. Fatiguée par son voyage, elle a suivi à la sortie de l’aéroport de Toronto un homme qui lui proposait de la conduire à un taxi. Menée loin de la station de taxis officielle, […]

La mésaventure de Megan Schroeder, rapportée ce 3 avril par Radio-Canada, peut servir de mise en garde à tous les voyageurs d'affaires.

Fatiguée par son voyage, elle a suivi à la sortie de l'aéroport de Toronto un homme qui lui proposait de la conduire à un taxi. Menée loin de la station de taxis officielle, elle a évité le pire grâce à un policier qui l'a averti qu'il s'agissait d'un faux taxi. Sur les aéroports, de nombreuses personnes mal-attentionnées profitent de la fatigue ou du manque de repère des passagers pour les conduire vers des faux taxis. Les voyageurs d'affaires doivent donc se montrer prudents à leur arrivée.

Comme le rappelle, la GTAA, le gestionnaire de l'aéroport de Toronto, les passagers "doivent trouver la signalisation officielle dans le but d’identifier les zones où les taxis sont autorisés".

Pour la plate-forme canadienne, les véhicules autorisés à prendre des passagers doivent avoir une plaque d'immatriculation de la GTAA sur le pare-chocs ainsi qu’un autocollant sur la fenêtre. Ils ont aussi l'obligation d'afficher les tarifs dans le véhicule. De plus, les chauffeurs ou répartiteurs ne peuvent recruter des passagers à l’intérieur du terminal ou dans les stationnements.