Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires
Accueil
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte


Baromètre In Extenso Deloitte : les grèves ont principalement touché les hôtels de province en avril


Malgré les grèves à répétition du mois d'avril, les hôteliers parisiens et franciliens ont réalisé de belles performances enregistrant des hausses du RevPAR et de la fréquentation. En revanche, la province a été beaucoup plus touchée par les mouvements sociaux. Affectées par la baisse de fréquentation des voyageurs d'affaires et d'un calendrier scolaire peu favorable, les indicateurs des régions sont en repli.



Le dernier Baromètre Deloitte In Extenso montre que le secteur hôtelier a connu un mois d'avril 2018 en demi-teinte. Les mouvements sociaux du mois d'avril ont fait baisser la fréquentation des clientèles d’affaires de manière significative. De plus, les clients Loisir ont peu compensé le repli des Corporate puisque les calendriers scolaires étaient moins favorables que l’année passée.

Ainsi au niveau national, les segments du Luxe, Économique et Super-économique ont enregistré des reculs de -3,5%, -1,4% et -2,6%. En revanche, le Haut de gamme et le Milieu de gamme ont réussi à sortir leur épingle du jeu affichant des augmentations de fréquentation de 1,1% et 2,4%. De plus, les prix moyens, en hausse, ont tiré les performances globales vers le haut. Le RevPAR présentent des progressions allant de 3% à 9% par rapport à avril 2017.

Toutefois, ces chiffres globaux cachent de fortes différences entre l’hôtellerie parisienne et celle de province.

L'île de France a, en effet, enregistré de très bons niveaux de performances sur le mois d’avril 2018. Toutes les catégories sont concernées par cette progression de fréquentation et de prix moyen. L’hôtellerie de Luxe à Paris affiche un RevPAR en augmentation de 17% par rapport à l’année précédente. Les établissements Milieu et Haut de gamme de la capitale ont connu une hausse de 13% de leur RevPAR. Ces bons résultats viennent conforter la belle progression que connaît l’hôtellerie à Paris et en Île-de-France depuis le début de l’année 2018, et ce malgré les mouvements sociaux de la SNCF et d'Air France

La situation est plus difficile en régions (hors Côte d’Azur). Le baromètre rapporte : "On constate une baisse significative des performances globales, résultant surtout des grèves, initiées début avril. La partie sud du pays a particulièrement subi cette baisse de fréquentation. Les différentes catégories du Quart Sud-Ouest ont notamment connu une chute du Taux d’Occupation allant de 6,3% à 10,3% par rapport à avril 2017. A noter que les régions littorales ont connu la même tendance. Ces performances en demi-teinte viennent entacher la bonne lancée du premier trimestre 2018".

Même scénario sur la Côte d’Azur. Après un très bon premier trimestre 2018, les indicateurs d’avril sont en recul par rapport à la même époque l’année dernière. "Une météo désavantageuse, associée aux grèves et aux vacances décalées sont en effet venues stopper la croissance entamée. Seule la ville de Nice continue d’enregistrer des progressions depuis de début de l’année. Toutefois, ces évolutions sont à nuancer dans la mesure où Nice était en 2017 toujours en période de convalescence suite aux attentats de juillet 2016".