Brexit: Theresa May va (encore) demander un report à Bruxelles

Les jours se suivent et pourraient finir par se ressembler au Parlement Britannique. La Première ministre Theresa May ne parvient toujours pas à faire voter par les députés son accord de sortie de l'Union. Engagée dans une course contre la montre qui commence à agacer plus d'un dirigeant européen, Theresa May veut ,une nouvelle fois, demander du temps à Bruxelles.

Nouvel échec au Parlement britannique, nouvelle réunion de crise et nouveau rebondissement. Au lendemain du rejet, par les députés britanniques, des quatre alternative proposées à l'accord de Brexit du gouvernement, la Première ministre Theresa May a annoncé vouloir réclamer aux dirigeants européens un nouveau report du Brexit, "aussi court que possible" et qui prendra fin lorsque les parlementaires auront adopté un texte.

La sortie du Royaume-Uni de l'UE devait avoir lieu le 29 mars avant que Theresa May n'obtienne, lors du sommet européen des 21 et 22 mars, un report jusqu'au 12 avril au plus tôt, si l'accord de divorce n'était pas adopté, et jusqu'au 22 mai s'il l'était.

Colère à peine voilée du président français. "L'Union européenne ne peut être durablement l'otage de la résolution d'une crise politique au Royaume-Uni", prévient Emmanuel Macron.

"Soyons patients, même si, après la journée d’aujourd’hui, nous ne savons toujours pas à quoi ressemblera la fin" , a déclaré Donald Tusk, le président du Conseil européen, juste après la nouvelle demande de report.

En fait, aujourd'hui à Bruxelles, la confiance est quasi nulle après toute une série de faux espoirs. Dernière grosse déception en date : les Vingt-Sept espéraient qu’une majorité finirait par émerger, lundi 1er avril à la Chambre des communes, pour un Brexit doux et le maintien du Royaume-Uni dans l’union douanière. Ce ne fut pas le cas, à trois voix près.