Deplacements Pros, le quotidien du business travel, du voyage d'affaires



Mercredi 27 Juin 2018

Et si la façon de consommer prenait le dessus sur la façon d’acheter ?



Les Anglo-Saxons ont toujours un temp d’avance sur nous et sont donc intéressants à observer. Leur dernière innovation s’appelle le cashback et pourrait bien révolutionner la façon non pas s’acheter mais celle de consommer le voyage d’affaires. Mais avant de développer cette innovation, faisons un peu de vocabulaire.



Le cashback, l'atout de l'acheteur ?
Le cashback, l'atout de l'acheteur ?
Pour les Anglo-Saxons, le cashback est une façon de se faire rembourser une partie de vos achats en bénéficiant de réductions personnalisées.

Pour les Européens, le cashback répond à une directive européenne sur les services de paiement qui est entré en vigueur le samedi 13 janvier 2018. Elle permet aux commerçants de fournir de l’argent liquide aux clients qui le souhaitent lors des paiements par carte bancaire. Ces derniers peuvent retirer jusqu'à 60 euros en espèces. Le service est très utile dans les zones rurales.

Tapez cashback sur un moteur de recherche et vous verrez que le principe basé sur l’approche Anglo-Saxonne fait des émules.

Sur le plan du business travel, Rocketrip agit aux Etats-Unis dans le domaine et dit clairement que la rétribution des voyageurs sur les économies réalisées lui revient directement. A lui le cashback ! C'est sa rémunération puisque Rocketrip promet des prix bas et ne commissionne pas sur les achats, mais bien sur la façon dont le voyage a été consommé par rapport à un budget donné. Pour ce faire, un budget est défini, à charge pour le voyageur de trouver une solution permettant de descendre sous ce budget. Mythe ou réalité ? En tout cas le marché y croit, puisque les partenaires sont tous bien connus de notre marché.

Cette solution est-elle transposable en France ? La réponse est oui et les compagnies aériennes le pratiquent depuis longtemps via des miles ou même des crédits en Euros. Même les banques s’y mettent. Sur le plan légal, la rétribution intervient souvent après le cumul de points de fidélité et peut se transformer en bon d’achat, en réduction sur un achat, ou en cash.

Si un mécanisme clair donne droit à du cashback, il sera légal. C’est en ce sens qu’a été rendu un arrêt de la Cour de cassation car de manière générale, un mécanisme de fidélité reste licite lorsqu’il offre en récompense des achats cumulés une remise d’argent ou une réduction sur un achat futur. Ce mécanismes s’apparente de fait à un rabais qui doit respecter les notions du code de commerce auquel il réfère.

Il est donc évident que le phénomène va débarquer sur le marché des déplacements. Il va peut être même intégrer la fameuse blockchain qui alimente pas mal les conversations et les conférences. Si vous en doutez, attendez la rentrée et vous verrez que certains acteurs Nord-Américains vont débarquer avec force en France et permettre à ce concept de prendre pied dans la vielle Europe. Affaire à suivre pour les Travel Managers plus que pour les acheteurs, mais affaire à suivre de très près car les avantages sont certains et les questions nombreuses. Il reste à voir quels sont les acteurs qui vont dompter cet outil permettant un meilleur respect de la politique voyages.

Yann LE GOFF
Consultant achats
yann.legoff@nilrem.fr