Habiter à une heure de Paris: la vie duraille des forçats du TGV

C’est une réalité de la vie professionnelle : de nombreux salariés, soucieux de garantir à leur famille une certaine qualité de vie, choisissent d’habiter en province, à une heure de TGV de leur lieu de travail principal. Mais le quotidien se transforme parfois en galère, sujet qu’évoque France24 qui parle de "forçats du TGV".

C'est une réalité de la vie professionnelle : de nombreux salariés, soucieux de garantir à leur famille une certaine qualité de vie, choisissent d'habiter en province, à une heure de TGV de leur lieu de travail principal. Mais le quotidien se transforme parfois en galère, sujet qu'évoque France24 qui parle de "forçats du TGV".