SNCF: « le train autonome c’est pour 2022 »

La SNCF est en train de préparer ses premiers trains autonomes pour 2022-2023. Le train autonome devrait permettre de faire rouler 20 % de trains en plus sur une voie.

Sur les questions de mobilité, l’avenir est au véhicule autonome. Invitée à s’exprimer vendredi soir à Saint-Médard-en-Jalles près de Bordeaux (Gironde), dans le cadre d’une série de conférences sur Bordeaux Métropole en 2050 (#BM2050), Carole Desnost, directrice de l'innovation et de la recherche à la SNCF, a clairement affiché les ambitions de la compagnie ferroviaire en la matière.

Carole Desnost a ainsi annoncé que "la SNCF est en train de préparer l'étape du train autonome pour 2022-2023." "Après l’électrification et la grande vitesse, la troisième révolution sera le train autonome", poursuit-elle. "Si on s’y intéresse, c’est pour des raisons totalement différentes que pour la voiture autonome, c’est parce qu’il va nous permettre de gagner en capacité sur une infrastructure existante."

La SNCF doit en effet faire face à "des perspectives d’augmentation de trafic sur certaines zones, et notamment des LGV (Lignes à grande vitesse), de 20 à 30 %." Or, "il n’est pas prévu de construire de nouvelles lignes", souligne Carole Desnost. "Le train autonome nous permettra de savoir exactement où est le train, et nous permettra de réduire les distances de sécurité et les espacements entre les trains. Grâce à cela, on peut gagner 20 % de capacité. Par exemple, sur une ligne TGV comme Paris-Lyon, cela représente trois trains de plus à l’heure, soit 4.000 personnes."

Attention toutefois, précise la directrice de l’innovation, "les conducteurs ne vont pas disparaître : il y aura toujours un conducteur à bord qui permettra de reprendre le contrôle en cas de problème."