Air France empêche-t-elle la LGV à Toulouse ?

Air France ferait du chantage dans les hautes sphères pour empêcher l'arrivée de la LGV à Toulouse : Jean-Louis Chauzy, président du conseil économique, social et environnemental d’Occitanie (Ceser), en est certain. Il a assuré lors d'un discours à la plénière de l'organisation que la compagnie freinait le projet.

Après l’inauguration de la LGV de Bordeaux, l'Etat n'a pas caché sa volonté de renoncer aux projets d'extension du réseau onéreux pour privilégier l'amélioration des services existants.

Mais pour Jean-Louis Chauzy, président du conseil économique, social et environnemental d’Occitanie (Ceser), ces réflexions financières cachent d'autres raisons. La Dépêche rapporte qu'il a mis en cause Jean-Marc Janaillac, PDG d'Air France-KLM, dans un discours lors de la plénière du 23 novembre 2017. Sans citer le non du patron du groupe aérien, il dit "Ce dernier explique dans les ministères que si la LGV arrive à Toulouse, il supprimera la navette aérienne qui dessert la liaison Toulouse-Paris". Il estime qu'il fait partie de "l’écosystème politique francilien" qui mène une campagne contre le projet.

"Cette pression est insupportable. La navette n’est pas gratuite, même pour les abonnés. C’est le double du prix d’une place A/R en TGV. C’est une conception élitiste de la société qui viserait, si elle était suivie, à pérenniser une vraie ségrégation sociale et géographique", déplore-t-il.

Mais dans le cercle d'Air France, on dément les propos : "Il n’y a jamais eu de lobbying d’Air France contre la LGV Toulouse ni de chantage au maintien ou pas de La Navette Toulouse-Paris", a-t-il été assuré.