Questions à… Benjamin Abittan (Châteauform’) : « la reprise peut être plus forte et rapide que prévu »

Châteauform’, leader européen dans l’organisation de séminaires, événements et formations, avec ses 70 sites situés dans six pays d‘Europe, subit de plein fouet la crise sanitaire. L’entreprise co-fondée par Daniel Abittan s’est montré offensive dans l’adversité, a adopté une charte et des mesures sanitaires, réaménagé ses lieux de travail, développé une nouvelle offre de streaming événementiel… Benjamin Abittan, son directeur des opérations, revient sur les mesures et initiatives prises par Châteauform’ ces derniers mois, sur la santé et les perspectives de l’entreprise.

Comment se porte Châteauform’ ?
Benjamin Abittan : Nous sommes évidemment très impactés par la crise. Et nous le serons également en 2021. Mais nous avons la chance d’y être entré avec une bonne trésorerie et d’avoir obtenu un PGE confortable, nous permettant d’avoir de la visibilité jusqu’à la fin de l’année prochaine.

A quand un retour à votre activité antérieure à la crise ?
Nous ne pensons pas la retrouver avant 2022 ou 2023. Mais la reprise peut être plus forte et rapide que prévu. On l’a ainsi constaté ce mois de septembre, avant l’arrivée de la seconde vague. Les premiers à revenir ont été les entreprises de petites tailles alors que nous recevions plutôt des grands comptes auparavant. Ces derniers ont probablement suivi les instructions plus précises de personnes dont le métier est aussi de gérer les risques au sein des grands groupes. Ils ont fait davantage appel au principe de précaution.

Quels sont vos espoirs pour les prochains mois ?
Le succès de 2021 va beaucoup dépendre du mix entre ces PME offensives et les choix des grandes entreprises. Il est par ailleurs difficile d’anticiper sur les conséquences d’autres changements en cours, et notamment le développement du télétravail. Or, dans les réunions en virtuel, l’information passe mais pas l’énergie. D’où l’intérêt majeur de se retrouver en présentiel. Mais tout cela dépend bien sûr et avant tout de la crise sanitaire, du niveau de la pandémie dans les prochains mois…

Pour rassurer vos clients, verra-t-on demain des réunions « Covid-free » ?
Une telle approche permettrait d’organiser des séminaires de manière plus sereine. Nous avons commencé à expérimenter différents types de tests dans trois maisons. Nous avons bon espoir de pouvoir relancer notre activité avec la meilleure option retenue, dans des maisons « 100% sans Covid », où les gens présents auront tous été testés. Ce qui ne se traduirait pas pour autant par un relâchement des gestes barrière.

Vos maisons sont aujourd’hui toutes fermées…
En septembre, toutes nos adresses étaient ouvertes. Mais l’actuel déconfinement va être plus graduel que le précédent. Nous allons les rouvrir progressivement, en fonction de la demande. Si un client tient particulièrement à une maison, nous la rouvrirons sans aucun problème. Nous sommes prêts, toutes nos équipes sont en place.

Le format des séminaires Chateauform’ correspond bien souvent à des offres de deux jours-une nuit. Lors de la reprise de l’activité en septembre, avez-vous constaté des changements au niveau de la demande ?
Le format a assez peu changé. La demande s’est davantage orientée vers des événements sans nuitées. Et nos Châteauform’ « City » ont été davantage plébiscités. La taille des groupes a par ailleurs diminué, avec un nombre de participants plus réduit. Dans le cadre de nos mesures Covid, nous avons bien sûr limité le nombre de personnes par salle. Nous avons du faire un travail d’explication et d’accompagnement, pour rassurer ceux qui étaient trop inquiets, et imposer des règles de distanciation à ceux aspirant un peu vite à un retour à la normale.

Vous avez lancé Work from City à Paris…
Certains de nos clients ont beaucoup apprécié cette offre proposée dans la capitale. Elle est conçu pour les entreprises qui disposent de locaux trop exigus pour leurs réunions, veulent sortir du cadre habituel de leurs bureaux, proposer dans nos maisons une alternative au télétravail. Nous conserverons cette offre après la crise. Beaucoup d’entreprises se posent en effet la question suivante : « pour quelles raisons nos collaborateurs vont-ils revenir au bureau ? Pour y faire quoi ? ». Certaines d’entre elles nous ont approché pour qu’on les aide dans une évolution de notre concept Home. Nous avions imaginé ce dernier comme un petit Châteauform à l’intérieur des entreprises. Or ces dernières nous demandent maintenant de prendre en charge leurs bureaux, afin de créer une communauté, de constituer une expérience assez différenciante pour que les gens aient envie d’y revenir. Le bureau peut en effet devenir davantage un espace de rencontre qu’un lieu où l’on vient occuper un poste de travail. Et nous allons nous appuyer sur Home pour développer cette offre, laquelle va nous permettre de re-conjuguer nos savoirs-faire, entre l’hospitalité, la restauration, le design des espaces, le management de communauté, la création d’ambiances… Nous allons offrir un service qui intègre nos valeurs tout en aidant à créer ou renforcer leur culture d’entreprise.

Toutes vos maisons en Europe sont aujourd’hui équipées avec une offre de streaming événementiel…
Nous avons lancé Châteauform‘ Live : le streaming événementiel, en association avec Stardust Group. La crise a eu au moins le mérite de faire exploser les investissements dans les technologies de l’événementiel. Et nous sommes ravis de pouvoir rencontrer de nombreuses start-ups ayant émergées sur ce marché. Il existe en effet de multiples typologies d’événements digitaux. Mais nous avons un gros travail d’éducation à faire auprès de nos clients. Car ces derniers se contentent souvent de nous demander une visio, sans prendre en compte le fait qu’un événement virtuel réussi doit bien souvent être scénarisé et nécessite des moyens techniques conséquents. Surtout lorsqu’il s’inscrit dans une démarche collaborative et fait participer de nombreux intervenants ! Les événements seront de plus en plus hybrides. Et l’accélération digitale de notre entreprise traduit notre certitude que le virtuel et le présentiel seront demain indissociables. Nous avons aussi la conviction que l’avenir de notre secteur sera basé demain sur l’humain et non sur la technologie.

Quid de la dimension durable dans l’organisation d’un séminaire aujourd’hui ?
Le Covid et les mesures sanitaires ont parfois pris le pas sur les démarches RSE ces derniers mois. Mais il est clair que Châteauform’, à l’instar du secteur, continue à progresser dans la décarbonation des séminaires. L’aspect hybride des événements est là pour durer. Et nous avons un réseau de partenaires permettant de connecter des gens se trouvant dans différents Châteauform’, aux quatre coins de l’Europe. Je rappellerais enfin que nous avons élaboré une philosophie RSE intitulée ReSpEct. Et la certification ISO 20121 a été délivrée à l’ensemble des activités de Châteauform’ en France après un audit approfondi de ses process et de ses lieux.

Quelles sont vos prochaines ouvertures ?
Nous avons repoussé celle de notre maison aux Pays-Bas, désormais prévue fin 2021 ou début 2022. Et nous avançons sur la future Deloitte University EMEA à Marne-la-Vallée (dont l’ouverture est fixée à 2022, ndr), ce campus que nous allons gérer au travers de notre offre Home.