Gîtes de France et clientèle business : « On ne va pas changer notre image, c’est ça qui leur plaît ! »

Florence Blas, responsable communication de Gîtes de France – Nord, parle de la volonté du réseau d’hébergements chez l’habitant de se tourner vers la clientèle business. Ou plutôt de répondre à sa demande…

- Publicité -

La fédération Nord de Gîtes de France a décidé de communiquer en direction des entreprises. Est-ce une initiative de ce seul département ou l’expression d’une stratégie nationale ?

Un peu des deux. Nous prenons cette initiative mais elle correspond à un ordre du jour au niveau national. Nous ne sommes donc pas le seul département à anticiper une démarche qui sera étendue au niveau national, j’en suis convaincue.

Pourquoi une telle certitude ?

Parce qu’il ne s’agit pas d’une stratégie marketing qui viendrait de nulle part : nous ne faisons que répondre à la demande, nous adapter au marché. Les demandes d’entreprise croissent car les collaborateurs aspirent à des lieux de réunion différents de leur environnement de travail. Des lieux favorables au bien-être, à la redécouverte de la nature, aux activités sportives. Nos 50 000 hébergement, ancrés dans la ruralité, répondent parfaitement à ces aspirations. Autre point important : la convivialité, le « comme à la maison » et la non-standardisation des hébergements. D’ailleurs, c’est la clé du succès, dans un contexte urbain très différent, d’une chaîne hôtelière telle que Mama Shelter…

Du coup, la question du changement d’image « hébergement nature et famille » est caduque ?

Il ne faut surtout pas changer cette image-là, effectivement. C’est ce qui plaît aux entreprises, c’est ce qu’elles recherchent ! Peut-être que le stéréotype un peu vieillot, un peu ringard est à corriger. Mais pour ça, rien de tel que les hébergements eux-mêmes. Nous avons un renouvellement profond de nos adhérents et la nouvelle génération a vraiment fait monter en gammes nos sites.

La nature, le bien-être et l’originalité de l’hébergement ne sont pas des conditions suffisantes pour accueillir un événement d’entreprise…

Bien sûr. C’est pourquoi notre action au niveau national devra débuter par l’élaboration d’un cahier des charges. D’abord, sur les 50 000 hébergements de la fédération, seuls les 1419 gîtes de groupe, pouvant accueillir plus de douze personnes, seront concernés. Autres impératifs : une bonne connexion wifi (même si, dans cette tendance « nature », nous avons des demandes d’entreprise pour des week-ends « déconnexion » !), la possibilité de se restaurer (soit par le recours à un traiteur, soit par du « fait sur place »), la présence de commerces et d’activité proches du gîte et, bien sûr, l’existence de lieux de réunion équipés. A cette « labellisation » de l’offre devra correspondre une adaptation de nos outils ; c’est déjà le cas pour les Gîtes de France des Alpes de Haute-Provence, par exemple, dont le site internet a déjà une catégorie « Gîtes Séminaire ». En enfin, il faudra le faire savoir : communiquer.

Le lissage de l’activité pour vos adhérents, la nature et la convivialité pour leurs clients… Et pour l’entreprise elle-même, quel intérêt à choisir un hébergement Gîtes de France ?

Outre la satisfaction de ses collaborateurs, le prix, sans aucun doute. D’abord, nos hébergements sont en milieu rural où les prix sont moins élevés qu’en milieu urbain. Ensuite, le fonctionnement même de nos hébergements fait que nous sommes forcément très compétitifs. Pour un séminaire résidentiel de dix personnes en hôtel incluant la restauration, on sera aux alentours de 150 € par participant ; moitié moins dans nos gîtes.