Le MICE porte la reprise de l’hôtellerie

Le MICE porte la reprise de l'hôtellerie

Organisée par In Extenso et Deloitte, la Conférence annuelle des Tendances de l’Hôtellerie a été l'occasion de revenir sur les performances du secteur en 2021 et les perspectives de développement pour 2022.

Le secteur reste fortement marqué par la crise sanitaire dont les effets se sont fait ressentir tout au long de l’année avec un chiffre d’affaires inférieur de 37% à celui de 2019. Le taux de fermeture des établissements est cependant moins élevé durant le
confinement de 2021 que ceux de 2020 avec ce qui est peut-être considéré comme une
accoutumance à la crise de la part des professionnels.

Le MICE porteur

Mais la reprise se confirme, et elle est principalement portée par le tourisme d’affaires (séminaires et salons) et le tourisme domestique, notamment en fin d’année, portée par la reprise des séminaires et salons professionnels.

On constate en outre une amélioration rapide notamment en Province et sur la Côte d’Azur où le RevPAR pour la période de janvier à mars 2022, se rapproche des chiffres de 2019. Cette embellie a, pour les deux premiers mois de l’année 2022, été quelque peu timorée avec la progression du variant Omicron mais le mois de mars a renversé la tendance avec notamment 4 métropoles qui ont un RevPAR supérieur au mois de mars 2019 : Marseille, Montpellier, Nantes et Rennes.

Les résultats de ces quatre grandes villes ont notamment été portés par le retour de la
clientèle d’affaires domestique alors que les métropoles accueillant davantage la clientèle
internationale et les congrès ont un RevPAR négatif, compris entre -30 et -20% par rapport à 2019. Ainsi, Paris reste en deçà des chiffres de 2019 car la région attire davantage une clientèle internationale et de congrès.

Le secteur se montre enfin particulièrement résilient grâce notamment à l’augmentation des prix moyens qui sont proches de la normale depuis l’été 2021 et avec même une forte
augmentation constatée dans l’hôtellerie Haut de Gamme/Luxe où les prix sont en hausse de 17% par rapport à 2019.

Vers une hausse des rémunérations ?

Les bons chiffres de reprise devraient se confirmer au cours de l’année 2022 avec des RevPAR proches de ceux de 2019. Une dynamique qui pourrait être entachée par le manque de personnel Comme de nombreux secteurs, le secteur de l’hôtellerie, au niveau mondial, fait face depuis plusieurs mois à une forte pénurie de personnel provoquée par les longs mois de fermetures des établissements à l’occasion des confinements et l’absence d’activité.

Afin d’attirer de nouveaux talents, les professionnels réfléchissent ainsi à plusieurs leviers
d’attractivité : une revalorisation des rémunérations de l’ordre de 5 à 6%, des horaires de
travail plus souples ou encore des conditions d’hébergements plus qualitatives pour les
saisonniers.