La reprise du marché hôtelier se confirme en France et dépasse les niveaux de 2019

Selon une étude publiée par le cabinet In Extenso, la reprise dans le secteur de l’hôtellerie se poursuit, notamment sur Paris et en Île-de-France où ont été enregistrées les meilleures performances depuis le début de la crise.

Les chiffres de l’industrie hotellière au mois de mai 2022 semblent confirmer une reprise qui ne cesse de croître depuis le débit de l’année. Le taux d’occupation moyen atteint les 67% au niveau national, soit 7 points par rapport à avril 2022 et +1% par rapport à 2019, l’année de référence. La recette moyenne par chambre s’établit à 111 euros, enregistrant une hausse de 18% par rapport à mai 2019. Depuis janvier, le segment du luxe affiche un taux de remplissage à hauteur de 49%, 55% pour le milieu de gamme, 52% pour l’hôtellerie économique et 58% pour la super-économique. 

> A lire aussi : Le MICE porte la reprise de l’hôtellerie

A Paris et en Île-de-France le retour des voyageurs d’affaires et des touriste pousse le taux d’occupation moyen à 81%, soit la meilleure performance depuis 2 ans et même supérieure de 3% à mai 2019. Les évènements sportifs internationaux ont également grandement participé à l’attractivité de la capitale. En région (hors Côte d’Azur), le taux d’occupation atteint les 63%, toutes gammes confondues, avec une nette hausse pour Marseille qui a accueilli la Challenge Cup et Rennes qui a bénéficié de l’organisation de plusieurs congrès. 

Alors que la saison estivale a d’ores et déjà débuté, le cabinet prévoit des résultats à la hausse, voire exceptionnels, « sous réserve que les conditions sanitaires et économiques soient favorables ». Le groupe rappelle également que le secteur hôtelier doit, comme d’autres marchés, faire face à une pénurie de personnel. « Il convient de rester prudent sur les perspectives qui pourraient être assombries par les difficultés des professionnels à recruter des saisonniers, la reprise épidémique du Covid-19 et le prix de l’essence qui pourrait freiner les déplacements des voyageurs », indique le cabinet In Extenso à travers son étude.