[Expo2020Dubaï] Le Pavillon France, nec plus ultra de l’événementiel d’entreprise

[Expo2020Dubaï] Le Pavillon France, nec plus ultra de l'événementiel d'entreprise

Depuis début octobre, l'Exposition universelle 2020, retardée d'un an pour cause de Covid, draine des dizaines de milliers de visiteurs chaque jour. En mars, quand l'événement prendra fin, les organisateurs espèrent qu'ils auront été 25 millions à fouler ses allées. Pour l'instant, 20% des visiteurs de l'Expo se rendent au Pavillon France (une performance qui le place dans le Top 5). Nous en avons fait partie.

C'est évidemment the place to be. L'Exposition universelle de Dubaï prend, en cette période qu'on n'ose encore qualifier de "post-pandémique", une dimension particulière. Il donne le signal du retour à une certaine normalité : celle des grands événements internationaux, conséquemment, du voyage et de l'échange. Et les masques qui ceignent les visages des visiteurs et des exposants ne constituent qu'un parasitage négligeable, n'affectant en rien la douce euphorie qui baigne les allées de cette sorte de "Disneyland pour adultes".

"Disneyland", pour l'excitation que chacun des visiteurs peut ressentir alors qu'il s'apprête à pénétrer dans un pavillon (sans jamais attendre, pour peu qu'on ait programmé sa visite via l'appli dédiée), et pour la dimension entertainment, dûment assumée, des lieux. "Pour adultes", parce que les enjeux qui y sont posés sont effectivement majeurs. Le thème fédérateur et un peu flou de "Connecter les esprits, construire le futur", prend corps dans une triple déclinaison - Opportunités, Durabilité, Mobilité - topologiquement repérable, chacune d'entre elles étant développée le long d'une des trois artères principales de l'Expo.

Lumière, Lumières

C'est dans l'aile "Mobilité" que le Pavillon France à déployé ses 5.000 m² de superficie, conçus par l'Atelier Perez Prado et Celnikier & Grabli Architectes. La lumière s'y impose comme son identifiant majeur. "Lumière" au singulier : pas moins de 20.000 LEDs recouvrent la peau du bâtiment, et c'est sans surprise à la nuit tombée, vers 18 heures, qu'on en apprécie au mieux sa dimension enveloppante.

"Lumières" au pluriel, celles du 18ème siècle, comme étendard de l'universalisme et du progrès. A ce titre, est exposé l'un des trois exemplaires complets des 35 volumes de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert. Une pièce maîtresse de l'expo permanente du pavillon, bien sûr, autour de laquelle la communication reste pourtant discrète : "On n'a pas voulu trop donner dans l'événement ou se focaliser sur un objet. Ce Pavillon France, c'est un ensemble", explique Julie Ageron, directrice de la communication des lieux.

Et cet ensemble, il se propose d'explorer l'idée de progrès en partant, donc, des Lumières et en s'étirant jusqu'aux technologies, idées, projets, tendances les plus pointus, les plus novatrices du moment et pour l'avenir. Tropisme français battu en brèche, les entreprises sponsors sont plus présentes et plus visibles que dans bien d'autres pavillons : Mobilize, la solution de véhicules partagés de Renault, l'espace immersif d'Accor, les incroyables dirigeables dédiés au transport de marchandises de Flying Whales, ou encore le périple spatial numérique du CNES. "Etat, institutions, grandes entreprises, startups, associations... L'idée était que soient présentes dans ce pavillon tous les acteurs de l'innovation", précise Justine Weulersse, directrice de la programmation du Pavillon France et commissaire de l’exposition permanente.

MICE 

Dès lors, associer d'une façon ou d'une autre le nom de son entreprise à un tel lieu au sein d'une telle manifestation est un puissant vecteur de communication vers l'extérieur, de motivation en interne, de valorisation globalement. C'est l'espace supérieur du pavillon, le Belvédère, qui offre cette possibilité d'accueillir des événements.

Structuré autour d’une agora, d’un showroom, d’un auditorium d’une capacité de plus de 130 personnes, et de salles de réunion (nos photos), le Belvédère dispose d’une grande terrasse à 180° qui, du haut de ses 21 mètres, offre un panorama imprenable sur l'Expo. Ce sont des événements de plus de 300 personnes, réparties sur 1.000 m² d’espaces entièrement modulables et privatisables, qui peuvent se tenir dans ces lieux.

"Les disponibilités du Belvédère s'amenuisent. La demande est forte, en proportion du prestige que les lieux confèrent à un événement qui s'y tient. Pour l'instant, les événements qui y sont organisées consistent surtout en des soirées de réseautage entre les entreprises invitantes, leurs partenaires, et des personnalités ou entreprises émiraties", précise Julie Ageron.

En retour, le Pavillon France entend, par ces événements - et au-delà de la manne financière qu'ils représentent, être perçu comme un espace vivant : non pas un lieu d'expositions - fussent-elles, pour une partie d'entre elles, temporaires - figé, mais un endroit où il se passe des choses. The place to be in the place to be.