Salons franciliens : le rebond a pourtant été fort au 4ème trimestre…

D’après les indicateurs de la CCI Paris-Ile de France, le marché des salons professionnels affiche sur l’année 2021 des résultats proches de ceux de 2020, encore loin des niveaux de 2019. Et les perspectives 2022 sont très incertaines.

Omicron cause bien des soucis aux organisateurs de grands événements professionnels, ce mois de janvier (notre article Covid-19 : de nombreux salons professionnels reportés). La déception est d’autant plus grande que le quatrième trimestre 2021 avait été celui du rebond, comme le souligne la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France, laquelle publie, chaque trimestre, des indicateurs permettant d’estimer les tendances du marché des salons franciliens (*). En effet, au cours des trois derniers mois de l’année dernière, les résultats avaient été bien meilleurs que lors des sept précédents trimestres, quoique encore en retrait (103 salons au total, soit 27 de moins) par rapport au 4ème trimestre de 2019, une année de référence.

Globalement, l’année 2021 aura été très décevante pour le secteur. Mais il est vrai qu’aucun salon n’a eu l’autorisation de se tenir en présentiel dans les 21 principaux sites d’exposition et de congrès franciliens entre janvier et mi-juin 2021. Résultat, 202 salons en présentiel ont été annulés l’an dernier, et 70 ont été transposés en version digitale. Avec un impact économique considérable : 2,2 milliards d’euros de retombées ont été perdues pour le territoire.

L’année 2022 va-t-elle être encore très affectée par la pandémie, malgré les protocoles aboutis et un taux de vaccination très élevé ? Après Omicron, verra-t-on surgir d’autres variants ?

En fin d’année dernière, Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre du Tourisme, a envoyé un signe positif en indiquant que les foires et salons n’étaient pas concernés par les jauges de 2 000 et 5 000 personnes mises en place pour les rassemblements publics. Cependant, la vague Omicron a poussé de nombreux organisateurs à reporter à mars et au-delà certains salons initialement prévus en janvier. Mais d’autres, en revanche, n’ont pas hésité à les maintenir.

Les contraintes pourraient bien se porter surtout sur les salons de dimension internationale. Le passe vaccinal sera-t-il par exemple exigé pour les visiteurs en provenance d’autres pays européens ? Quid également des nombreux vaccins internationaux qui ne sont pas reconnus par l’Union Européenne, ce qui risque de retarder le retour de certaines clientèles lointaines, chinoises, russes, indiennes…

(*) Ces indicateurs sont obtenus à partir d’enquêtes déclaratives « sortie de salons » réalisées auprès des organisateurs. Les principaux sites d’exposition et de congrès pris en compte sont : Paris Nord Villepinte, Paris expo Porte de Versailles, Paris Le Bourget, Palais des Congrès de Paris, Espace Champerret, Carrousel du Louvre, Espace Grande Arche, Palais des Congrès Paris Saclay Chateauform’, Palais des Congrès d’Issy, Grande Halle de la Villette, Parc Floral de Paris, Chesnaie du Roy, Paris Event Center, Chateauform’ Les Docks de Paris, Chateauform’ Salle Wagram, Disney Business Solutions, Cité des sciences et de l’industrie, Espace Jean Monnet, Espace Charenton, Palais Brongniart, Maison de la Mutualité.