Le prix des billets Air France-KLM va augmenter de 1 à 24 €

Le prix des billets Air France-KLM va augmenter de 1 à 24 €

L'obligation d'utiliser 1% de carburants durables génère un surcoût que le transporteur français répercute sur ses clients.

C'est une obligation imposée par la législation française : Air France, comme toutes les compagnies au départ sur son sol - devra utiliser 1% de SAF (sustainable aviation fuel, carburant d'aviation durable) en 2022. C'est une moyenne, lissée sur l'année. Pour l'heure, pas une goutte de SAF dans les réservoir d'AF : l'approvisionnement en huiles usagés et résidus forestiers et agricoles constitue la grosse difficulté de cette ambition, tant la production de ces carburants décarbonés n'en est qu'à ses prémisses industrielles.

Deux chiffres clés les caractérisent : ils réduisent de 80% sur l'ensemble de leur cycle de vie l'empreinte carbone en comparaison du kérosène classique. Mais leur coût est de quatre à huit fois supérieur. Air France et Transavia - mais aussi KLM, non soumise à l'obligation au départ des Pays-Bas mais qui fait le choix d'être proactive, permettant ainsi une cohérence de groupe sur ce sujet - ont décidé de faire payer ce surcoût aux voyageurs, sans que la compagnie française ne précise pour l'heure si cette augmentation couvre une partie ou l'entièreté du coût supplémentaire. Elle ne lui est en tout cas pas supérieure, nous assure-t-on chez AF : "l'idée n'est pas de nous faire de la trésorerie sur le dos des SAF".

Concrètement, cette contribution "Carburant Aviation Durable" sera intégrée à partir de ce lundi 10 janvier dans le prix du billet : de 1 à 4 € en cabine Economy, de 3 à 6 € en Premium (qui n'existe que sur le long courrier) de 1,50 à 12 € en cabine Business, et de 12 à 24 € en First, selon la distance. 

Ainsi, pour un court courrier, on payera respectivement 1 et 1,50 € en éco et business; pour la côte Est des Etats-Unis, respectivement 3, 4,50, 9 et 18 € en éco, premium, business et First et ainsi de suite, jusqu'aux vols asiatiques : 4, 6, 12 et 24 €

Par ailleurs, AF propose à ses clients, à partir du 13 janvier, de "contribuer volontairement à l'achat de carburant d'aviation durable supplémentaire" sur son site internet pour réduire l'empreinte carbone de leurs voyages. "Chaque euro de contribution volontaire (étant) investi dans l'achat de ces carburants". Et "courant 2022, les membres du programme de fidélité Flying Blue pourront également en acheter avec leurs miles".

Ce 1% de SAF annuel imposé par la France sera doublé en 2025 puis passera à 5% en 2030. Pour l'heure, le transport aérien mondial, qui contribue pour 2,5 à 3% des émissions mondiales, utiliserait moins de 0,1% de SAF sur les 360 milliards de litres de carburant utilisés en 2019. Il s'est fixé d'atteindre le zéro émission nette en 2050. Ce en quoi, nous indique un porte-parole d'Air France, "le SAF contribuera avec l'éco-pilotage et le renouvellement des flottes."