Un tiers des pilotes pakistanais ne seraient pas… pilotes

L’UE vient d’interdire de vol sur son territoire la Pakistan International Airlines suite à une révélation de fraude à la licence dans la compagnie en particulier et au Pakistan en général.

- Publicité -

L’affaire a commencé avec le crash d’un A320 de Pakistan International Airlines le 22 mais dernier non loin de Karachi. 97 victimes sont alors à déplorer. Une enquête est diligentée concluant rapidement à une erreur humaine lors de la phase d’atterrissage. 

Ce n’est pas la première fois que la compagnie pakistanaise s’illustre par des erreurs de pilotage graves. Assez pour qu’elle s’être retrouvée sur de nombreuses « listes noires » à travers le monde, y compris l’Union européenne. Il aura fallu 97 morts supplémentaires pour que les autorités pakistanaises fassent le job jusqu’au bout. Résultat : 150 licences de pilote de la compagnie seraient fausses. Ou plutôt : les licences seraient valables mais issues de tests passés par d’autres personnes que leur titulaire !

Pire : finalement sur les 860 pilotes que compte le pays, 262 seraient des falsificateurs. Profil bas du côté de la compagnie : « La PIA prend acte (du rapport des autorités pakistanaises) et a déjà pris des mesures en tirant les leçons de ce rapport. Un dispositif indépendant de contrôle des données de vol a été mis en place pour surveiller et analyser tous les vols. Tous les pilotes dont la licence est douteuse seront interdits de vol. La sécurité est plus importante que tout intérêt commercial ».

En attendant que ces bonnes intentions soient suivies d’actes, l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) a interdit à Pakistan International Airlines d’exploiter des vols vers les pays membres de l’UE pour une période de six mois. L’interdiction entrera en vigueur le 1er juillet et durera jusqu’au 31 décembre 2020. Que la compagnie se rassure, vu les restrictions de vols internationaux du moment, son « intérêt commercial » n’en sera pas trop affecté.